La filière éolienne française s'interroge sur son avenir

 |   |  464  mots
L'éolien représente le potentiel le plus important d'énergie verte pour atteindre les objectifs définis par le Grenelle de l'environnement et le paquet climat énergie européen. Il compte en effet pour un quart des 20 millions de tonnes équivalent pétrole d'énergies renouvelables supplémentaires nécessaires d'ici à 2020. En France, cela représente une production de quelque 25.000 mégawattheures (MW) supplémentaires, soit, selon les estimations, la construction d'environ 8.000 nouveaux aérogénérateurs dans les dix années à venir. Actuellement, la production d'électricté éolienne ne dépasse pas 1,7 % de la production totale d'énergie du pays.Contrairement à d'autres énergie vertes, l'électricité éolienne bénéficie en outre d'atouts majeurs. Alors que les prix de l'électricité sur le marché européen ont progressé de 20 % entre 2000 et 2009, le prix du kilowattheure (kWh) éolien est resté parfaitement stable. Du coup, l'écart entre les deux s'est progressivement amenuisé. À tel point que certains prédisent un prix de l'éléctricté éolienne bientôt inférieur à celui du marché. Cet optimisme demande toutefois à être modéré. Aujourd'hui en France, comme partout dans le monde, l'énergie éolienne est subventionnée par l'État. Sa compétitivité dépend évidemment du développement du parc éolien, mais aussi de l'évolution des prix des matières premières fossiles (pétrole, charbon, gaz).La filière éolienne a connu un formidable essor depuis quelques années dans l'Hexagone. Il y a dix ans, le vent ne produisait en France que 61 MW. Aujourd'hui, on comptabilise près de 4.250 MW raccordés au réseau. Cette forte expansion, qui ne comprend encore aucune éolienne en mer, a permis de créer plus de 18.250 emplois directs et indirects, selon l'institut européen Eurobserv'er. La réalisation des objectifs du Grenelle devrait induire la création de plus de 60.000 emplois directs ainsi que plusieurs milliers d'emplois indirects. Si l'on se réfère à l'Allemagne, chaque emploi direct créé peut entraîner la création de 0,7 emploi indirect, essentiellement dans l'entretien et la maintenance des sites. Millefeuille Au regard de ses performances passées, la filière éolienne n'a pas de souci à se faire quant à son expansion. Sauf que les professionnels ont été échaudés par les dispositions prises dans le cadre de la loi Grenelle 2 qui, selon eux, en l'encadrant sévèrement, ont fortement freiné son développement. Par ailleurs, à l'instar de l'avocat spécialiste du secteur, Arnaud Gossement, ils dénoncent aujourd'hui, « l'empilement des textes et le mille-feuille administratif » qui freinent le développement des projets.Sans compter sur un phénomène apparemment très français qui voit se développer une opposition anti-éoliennes de la part de certaines couches de populations auxquelles les élus restent encore très sensibles..

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :