Oleg Deripaska s'attelle à la création du nouveau leader russe de l'électricité

 |   |  420  mots
Oleg Deripaska est déterminé à rebondir, y compris dans le secteur de l'électricité. L'oligarque russe, qui à la défaveur de la crise avait chuté en 2009 de la 9e à la 164e place dans le classement « Forbes » des fortunes mondiales, a décidé d'ajouter une pièce stratégique à son conglomérat Basic Element. L'une de ses filiales, EuroSibEnergo, entend acquérir la participation de 79 % détenue par le géant minier Norilsk dans le producteur d'électricité OGK-3. Dans une lettre adressée à la direction de Norilsk que s'est procurée l'agence Bloomberg, EuroSibEnergo a proposé 2 milliards de dollars en numéraire pour cette participation. S'il parvient à boucler ce « deal », Oleg Deripaska, réputé proche de Vladimir Poutine, créera le nouveau leader russe de l'électricité, fort d'une capacité de production de 27.800 mégawatts et d'un chiffre d'affaires de 3,5 milliards de dollars. Mercredi, à la Bourse de Moscou, les opérateurs ont applaudi la perspective d'une telle alliance. L'action OGK-3 a bondi de 4,2 % en séance. L'offre d'Oleg Deripaska paraît plus avantageuse que le projet d'échange d'actions jusqu'à présent prévu entre OGK-3 et Inter RAO UES, le producteur d'électricité publique piloté par le vice-Premier ministre russe Igor Sechin. OGK-3, qui achète chaque année 1 million de tonnes de charbon à EuroSibEnergo, dispose de deux centrales électriques dans l'est de la Sibérie, près de la frontière chinoise. Or, à terme, EuroSibEnergo espère exporter de l'électricité vers la Chine où le groupe dispose déjà d'un partenaire industriel : China Yangtze Power, le plus important opérateur de barrages hydro-électriques du pays. Les analystes anticipent qu'à l'occasion de son introduction en Bourse à Hong Kong, récemment reportée à 2011, China Yangtze prenne une participation significative dans EuroSibEnergo qui veut lever 1,5 milliard de dollars. Participation dans le BTPL'acquisition préalable d'OGK-3 permettrait à Oleg Deripaska de se présenter devant les investisseurs en position de force. L'oligarque, remonté en 2010 à la 57e place du classement « Forbes » avec une fortune estimée à 10,7 milliards de dollars, a déjà réalisé une belle opération boursière cette année. En janvier, le géant de l'aluminium Rusal qu'il dirige a levé 2,2 milliards de dollars à Paris et Hong Kong. Si le siège de Basic Element ne commente pas l'information de Bloomberg, Oleg Deripaska, toujours en quête de diversification, a en revanche annoncé le rachat de 17 % du géant autrichien du BTP Strabag, dont il s'était retiré en 2009 en raison de la crise financière. Éric Chalmet

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :