L'emploi des jeunes toujours à la peine

 |   |  274  mots
SocialEn septembre, la quasi-stabilisation du nombre de demandeurs d'emploi de moins de 25 ans avait pu faire croire que la « rentrée noire », tant redoutée par l'exécutif, allait être évitée. L'évolution du mois d'octobre (+ 2,5 % de chômeurs chez les moins de 25 ans) a douché cet espoir. Or, malgré les multiples aides mises en place par le gouvernement, les employeurs peinent toujours à rattraper le coup de frein effectué fin 2008-début 2009 sur le recrutement de jeunes.Ainsi, selon les derniers chiffres diffusés en début de semaine par le ministère de l'Emploi, même si le rythme semble s'accélérer depuis la rentrée, quelque 189.000 nouveaux contrats d'apprentissage ont été enregistrés entre janvier et octobre, contre 204.655 au cours de la même période de 2008. Même retard pour les contrats de professionnalisation avec 103.047 nouveaux contrats en 2009, contre 133.053 l'année dernière. Quant à l'aide de 3.000 euros versés à tout employeur embauchant en CDI un jeune de moins de 26 ans ayant effectué un stage chez lui, elle peine à décoller. Entre août et octobre, seules 3.719 demandes d'aide ont été déposées.Pas de triomphalismeHier, à l'occasion du bilan d'étape de son plan de relance, Nicolas Sarkozy s'est gardé de tout triomphalisme en matière d'emploi des jeunes. Le chef de l'État a préféré mettre en avant les 300.000 personnes bénéficiant du chômage partiel ou les 650.000 salariés concernés par le dispositif « zéro charge » dans les TPE. Même s'il est très difficile de chiffrer ce qui, dans cette dernière mesure, relève du pur effet d'aubaine. A. L.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :