Bonne et (euro) se année

2 mn

Nicolas Sarkozy et Angela Merkel ont pris soin, lors de leurs voeux pour 2011, de défendre l'union monétaire européenne contre les critiques des eurosceptiques qui montent, de part et d'autre du Rhin. Vingt ans après le traité de Maastricht, l'euro est plus vulnérable que jamais, malaimé par les peuples et chahuté par les marchés financiers. Il y a beaucoup d'injustice dans ces critiques. Si la France doit couper dans ses dépenses publiques ou réformer son système de retraite, ce n'est pas la faute de l'euro, et pas davantage celle de Bruxelles. C'est tout bonnement le principe de réalité : on ne saurait s'endetter indéfiniment sans prendre le risque de ne plus trouver prêteur à prix raisonnable. Cela vaut pour les individus comme pour les États. Et s'il faut faire un procès à l'euro, c'est au contraire celui d'avoir permis à tous les pays de la zone d'oublier cette vérité simple, pendant dix ans. La Grèce a maquillé ses comptes. Le Portugal, dépensé sans mesure. L'Irlande, spéculé comme une brute. La France, réduit le temps de travail en faisant payer l'État. Chacun a suivi sa pente, profitant de l'impunité offerte par l'euro, c'est-à-dire par Berlin et sa crédibilité. « L'Allemagne paiera », voilà la devise de l'union monétaire européenne, qui aurait dû être écrite sur nos billets de banque, tout comme « In God We Trust » l'est sur les dollars américains.En 2010, la crise des dettes souveraines a sonné la fin de l'escroquerie. Les passagers clandestins - Athènes, Madrid, Dublin, Lisbonne, Paris dans une certaine mesure - se sont fait rattraper par la patrouille. Ils doivent désormais payer leur ticket au prix fort, et observer les règles de sécurité élémentaires pour le voyage. Dix ans après le lancement de l'euro, ils ont fini par apprendre, par la force irremplaçable de l'expérience, les lois de la bonne gestion. Faut-il pour cela en vouloir à l'euro ou aux marchés financiers ? Dans la longue histoire du coup de pied au derrière, ce n'est pas toujours le pied le plus fautif, pour citer l'excellent Marc de Scitivaux. Bonne année à tous nos lecteurs. flenglet@latribune.fr

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.