DSK, l'homme qui s'est opposé à la remise en cause de l'ISF

 |   |  216  mots
Lors de son passage au ministère de l'Économie entre 1997 et 2002, Dominique Strauss-Kahn s'est lui aussi attaché à réformer la fiscalité du patrimoine. Dans la loi de finances 1999, il durcit la fiscalité pour les gros patrimoines en créant une nouvelle tranche de 1,8 % de l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) pour les 800 patrimoines supérieurs à 100 millions de francs (15 millions d'euros). Il veille aussi à empêcher « une évasion que les imprécisions de la loi sur l'ISF » permettaient alors. En 2007, dans une lettre adressée à Ségolène Royal, la candidate du Parti socialiste à l'élection présidentielle, cosignée par les parlementaires Didier Migaud et François Marc, DSK s'oppose à la mise en cause de l'ISF mais propose la suppression du bouclier fiscal, alors à 60 %. « Même si l'ISF occupe une place démesurée dans le débat public, il faut rappeler qu'il ne concerne que 450.000 contribuables sur 35 millions. Aucune réforme de l'ISF ne doit conduire à la diminution de son produit. Dans le même esprit, et tout en veillant à ce que les successions petites ou moyennes continuent de bénéficier d'une exonération, nous te recommandons de t'opposer à l'allégement des droits de succession, qui sont déjà en France inférieurs à ceux que connaissent beaucoup d'autres pays».Fabien Piliu

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :