Les partenaires sociaux rappellent qu'ils sont les principaux « actionnaires » de Pôle emploi

 |   |  397  mots
Pas question de laisser le terrain de l'emploi au gouvernement. À peine Xavier Bertrand, ministre du Travail et de l'Emploi, annonçe-t-il samedi dans les colonnes du « Figaro », qu'il va « fixer une nouvelle feuille de route » à Pôle emploi et qu'« à nouvelle feuille de route, nouvelle direction », syndicats et patronat font savoir qu'ils se retrouveront vendredi au siège du Medef pour élaborer une lettre paritaire. « Les partenaires sociaux sont, via l'Unedic, les principaux actionnaires de Pôle emploi avec 65 % du budget et doivent participer à la définition à la fin de l'année des objectifs de la future convention tripartite État-Unedic-Pôle emploi », rappelle Laurent Berger, secrétaire national de la CFDT.Le syndicat souhaite que la future convention reconnaisse « Pôle emploi comme l'opérateur central » et « revienne sur la qualité de l'accompagnement des chômeurs, la mise en adéquation des offres et des demandes d'emploi, via notamment une hyper décentralisation », ou « le nombre de demandeurs d'emploi suivis par agent », indique le cédétiste. La précédente convention précisait l'objectif d'un suivi de 60 demandeurs d'emploi par agent, alors que la réalité est plutôt de un agent pour 200 chômeurs. De son côté, Gabrielle Simon, vice-présidente nationale de la CFTC, estime que « face aux enjeux de l'emploi, le gouvernement doit être un acteur important ». Mais elle demande aussi « plus de cohérence de la part de l'État qui se désengage de plus en plus de Pôle emploi, en diminuant les budgets et n'assumant pas la totalité de ses engagements ». Quant à la succession de Christian Charpy, au poste de directeur général de Pôle emploi, ce n'est pas une surprise en soi. « Comme pour les autres membres du conseil d'administration, la fin du mandat de trois ans est inscrite dans la loi et fixée au 19 décembre 2011 », précise Dominique-Jean Chertier, président du Conseil d'administration de Pôle emploi. Mais depuis les propos de Xavier Bertrand, le poste de directeur de Pôle emploi est donc officiellement ouvert. Des noms circulent comme celui de Bertrand Martinot, délégué général à l'emploi et à la formation professionnelle, ou de Xavier Lacoste, directeur d'Alixio, société de conseil en stratégie et management présidée par Raymond Soubie, qui a toujours fait part de son intérêt pour le poste. Isabelle Moreau

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :