Justice ou vengeance ?

 |   |  308  mots
Personne ne pleurera sur Oussama Ben Laden. La violence inouïe des attentats du 11 septembre 2001 restera, pour les innombrables terriens qui l'ont vue en direct à la télévision, comme l'exemple de la barbarie. Pour autant, l'exécution sommaire du terroriste - sous réserve de connaître les circonstances précises de sa mort - et les scènes de liesse dans les rues des grandes villes américaines laissent perplexes, tout comme les déclarations de Barack Obama et de George W. Bush, parfaitement à l'unisson, se réjouissant que « justice » ait été faite. « Vengeance » eût été un mot plus approprié à cette forme expéditive de traitement - même Saddam Hussein a eu droit à un procès avant d'être exécuté. La plus grande puissance du monde n'avait-elle pas une façon plus noble de faire justice aux victimes du World Trade Center ? La mort de Ben Laden intervient alors que le « printemps arabe » a démenti avec éclat la thèse du Choc des civilisations, argumentée par le politologue américain Samuel Huntington. Les soulèvements pour la démocratie témoignent, non pas d'une radicalisation du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord, mais au contraire d'une forme de convergence mondiale. Ces « civilisations » semblent s'aligner lentement, sinon sur le modèle démocratique à l'occidentale, du moins sur une forme d'organisation politique qui permet aux citoyens de participer et de s'informer davantage. Mais cette évolution est fragile, comme l'a rappelé l'attentat de Marrakech il y a quelques jours. Entre les dictateurs claniques qui s'accrochent à leurs privilèges et les islamistes extrémistes, la voie est périlleuse. La liquidation de Ben Laden va conforter et stimuler les fanatiques dans leurs entreprises sanglantes de déstabilisation. Raison de plus pour que l'Amérique et l'Occident aident, aujourd'hui même, les balbutiantes démocraties arabes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :