Le Grenelle de l'environnement est politiquement mort

 |   |  322  mots
Flash-back. Jeudi 25 octobre 2007, palais de l'Elysée. Au premier rang, assis côte à côte tout sourire, Jean-Louis Borloo, ministre du Développement durable, l'écologiste Nicolas Hulot et Laurence Parisot, présidente du Medef. Face à eux, le président de la République leur annonce une « révolution » écologique et leur promet que désormais « plus rien ne sera comme avant en matière d'environnement ». Le Grenelle de l'environnement amorce ses premiers pas. Une « boîte à outils »Que reste-t-il du consensus politique qui régnait alors ? A la veille de l'ouverture des débats sur le projet de loi Grenelle 2 à l'Assemblée nationale, la question se pose avec acuité. Isolation des bâtiments, transport urbain, essor de l'agriculture bio, protection de la biodiversité : le texte est une sorte de « boîte à outils » des engagements environnementaux pris dans la loi Grenelle 1. Mais, lors de son examen en commission, seuls les élus UMP ont approuvé le texte. L'opposition a voté contre. « Le Grenelle de l'environnement est un astre mort », assène le député Vert de Gironde Noël Mamère. « Le Grenelle 2 est devenu un prétexte à des retours en arrière », proteste Philippe Plisson (PS, Gironde). « On s'est fait avoir avec le Grenelle 1, on ne recommencera pas avec Grenelle 2... », renchérit François de Rugy député vert de Loire-Atlantique. Faux, réplique Jean-Louis Borloo. Le Grenelle est un « monument législatif dont on prendra la mesure un jour », martèle le ministre, qui met en avant les « cinq lois » qui en ont découlé, « les 272 points d'accord sur la mutation écologique de notre pays » ou encore « les 2.000 décrets » issus de ces lois.L'abandon de la taxe carbone et le recul sur les mesures en faveur de l'éolien ont eu raison, entre autres, du consensus politique qui avait permis l'adoption de la loi Grenelle 1 à la quasi-unanimité. Politiquement, le Grenelle de l'environnement est bel et bien mort. Rémy J

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :