La production de pétrole russe a retrouvé son niveau de l'époque soviétique

 |   |  388  mots
Back to the USSR ! La Russie, premier producteur de pétrole au monde, a dépassé l'an dernier son record d'extraction datant de l'Union soviétique. Les compagnies pétrolières ? russes et étrangères ? ont accru leur production de pétrole de 2,2 % en 2010 pour la porter à 10,15 millions de barils en moyenne. C'est le niveau le plus élevé depuis l'éclatement de l'Union soviétique en 1991. La Russie (74 milliards de barils de réserves prouvées, selon BP) a retrouvé sa place de numéro un mondial de la production de brut devant l'Arabie saoudite (264 milliards de barils de réserves). Les deux pays consomment un peu plus du quart de leur production de brut, mais la Russie produit à pleine capacité tandis que l'Arabie saoudite dispose encore d'importantes capacités de production inutilisées dans le cadre de la politique de quotas de l'Opep. Unanimement critiquée en Occident, la condamnation à 14 ans de prison supplémentaires de l'ancien patron de Ioukos Mikhaïl Khodorkovski rappelle également à quel point l'industrie pétrolière russe revient de loin. La dislocation de l'URSS sur fonds de bradage des entreprises stratégiques par l'ancien président Boris Eltsine avait débouché sur une chute record de la production de brut russe à 6,1 millions de barils par jour en 1999 avant de remonter lentement la pente. Des investissements massifsPortées par l'envolée des cours du brut ? le pétrole est tombé sous les 10 dollars le baril en 1998 contre un peu plus de 90 dollars aujourd'hui ?, les compagnies pétrolières russes et étrangères ont massivement investi au cours de la décennie passée. Rosneft, le géant public du pétrole russe, a mis cet été en production le gisement de Vankor, dont il extrait quotidiennement 255.000 barils par jour. Après avoir consolidé leurs positions en Russie et dans l'ex-Union soviétique, notamment en Asie centrale, les grandes compagnies pétrolières russes partent à l'assaut du monde. Loukoil, la première compagnie pétrolière privée de la Fédération, s'intéresse activement à l'Afrique. Ses dirigeants ont effectués plusieurs visites de haut niveau au Ghana, en Sierra Léone et au Liberia. Selon le président pour les opérations étrangères de Loukoil, Andrei Kuzyayev, sa compagnie investira 3 milliards de dollars par an à l'étranger entre 2011 et 2013. Xavier Harel

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :