Amundi prend son essor avec 650 milliards d'euros d'encours

Depuis le 1er janvier 2010, Amundi, pôle commun de gestion d'actifs du Crédit Agricolegricole (CA) et de Société Généralecute; Générale (SG), est opérationnel. Il aura fallu moins d'un an pour obtenir toutes les autorisations réglementaires et boucler administrativement ce dossier.Ce nouvel ensemble, détenu à 75 % par la Banque verte et à 25 % par la Banque rouge et noir, pèse 650 milliards d'euros d'actifs sous gestion et a vocation à être introduit en Bourse dans cinq ans. Il emploie aujourd'hui 3.700 personnes et est commercialement présent dans plus de 30 pays. C'est un acteur européen d'importance (troisième en termes d'encours gérés) qui est créé. « Le nouvel ensemble contribuera au renforcement de la place financière de Paris », indique un communiqué de presse. Yves Perrier, actuel PDG de CAAM Group, en est le directeur général. Quant au conseil d'administration, il est présidé par Georges Pauget, directeur général de CA, et Séverin Cabannes, directeur général délégué de SG, en est le vice-président (lire encadré). L'organigramme définitif devrait être dévoilé à la fin janvier. Avec la création d'Amundi, c'est une page qui se tourne pour SG. Victime de la crise, la banque de Frédéric Oudéa a décidé de se séparer de sa gestion traditionnelle, comme Credit Suisse, conservant Lyxor, le spécialiste de la gestion alternative, indicielle et structurée. Les sites Sgam.com et Sgam.fr sont désormais redirigés vers Amundi.com et Societegeneralegestion.fr. « Au lieu de se souhaiter une bonne fin d'année, on se souhaite une bonne fin de SGAM », ironisaient la semaine dernière des employés de la société de gestion. Ces derniers, tout au moins ceux qui décident de poursuivre l'aventure avec Amundi, ne rejoindront pas physiquement la société de gestion avant le mois de juin. En attendant, ils sont transférés dans Société Généralecute; Générale Gestion (S2G), une « SGAM bis » créée le 1er janvier, dédiée au réseau SG et présidée par Yves Perrier. En janvier 2009, Georges Pauget avait présenté ce rapprochement comme « un accord industriel sur la distribution de solutions d'épargne et de gestion » aux investisseurs institutionnels et aux quatre réseaux bancaires que sont Crédit Agricolegricole, Crédit du Nord, LCL et SG. Si SG (avec S2G) et Crédit du Nord (avec Étoile Gestion) ont une société de gestion dédiée avec Amundi pour actionnaire à 100 %, rien n'est encore arrêté pour CA et LCL. Mais, en pratique, chaque réseau aura une gamme de produits à ses couleurs. La particularité de cette organisation étant d'avoir une société de gestion commune pour deux réseaux bancaires concurrents. Ce qui en fait l'originalité du modèle présenté comme une plate-forme pouvant accueillir d'autres partenaires à l'avenir. Coût socialSur le plan financier, ce rapprochement permettra de réaliser des synergies de l'ordre de 120 millions d'euros, dont la moitié en coûts informatiques. Les deux groupes visent aussi un coefficient d'exploitation inférieur à 50 % et des économies d'échelle avec une baisse des coûts de production. Mais, dans tout rapprochement, le plus délicat à gérer est le volet social. S'il n'y aura aucun départ contraint, 200 à 300 personnes devraient quitter la nouvelle entité, et pas seulement des salariés de SGAM. Crédit Agricolegricole sera donc en charge des négociations avec les partenaires sociaux dans le cadre d'un éventuel plan de sauvegarde de l'emploi. Alors que SG gérera le « droit au retour » à des postes « convenables » pour les salariés de SGAM qui ne trouveraient pas leur bonheur chez Amundi. En attendant, Amundi se met en place. Certaines entités ont déjà changé de nom. Ainsi, CAAM Real Estate et CAAM Private Equity deviennent Amundi Immobilier et Amundi Private Equity. Quant à CASAM, elle est renommée Amundi Investment Solutions. En revanche, les filiales étrangères, comme CAAM Japon, ne basculeront qu'une fois les autorisations locales obtenues.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.