La compétition s'accroît entre les banques d'État russes Sberbank et VTB

Sberbank, la première banque commerciale russe est en passe d'acquérir la principale banque d'investissement locale, Troïka Dialog pour plus de 1 milliard de dollars. Au total, Troïka Dialog aurait été évaluée à « 1,25 milliard de dollars », selon plusieurs sources proches du dossier citées dans des médias russes. La cession devrait s'effectuer en deux étapes : Sberbank devrait dans un premier temps acheter 80 % de la banque d'investissement, pour 1 milliard de dollars, puis avaler le reste progressivement au cours des trois années suivantes. L'objectif pour Sberbank est de ne pas subir une hémorragie des cadres de Troika Dialog alors que le capital humain de l'établissement est son principal actif.La banque Sud-africaine Standard Bank, qui détient 33 % du capital de Troïka, devrait céder dans l'immédiat sa part, tandis que les 67 % appartenant aux partenaires et directeurs de Troika Dialog passeront progressivement au mains de Sberbank. Le fondateur et principal actionnaire de Troika Dialog Reuben Vardanian restera aux commandes jusqu'à la fin de la transaction. « L'acquisition est parfaitement logique car elle permet à Sberbank d'élargir son activité à la banque d'investissement », estime David Nangle, analyste chez Renaissance Capital à Moscou. « Cela aidera Sberbank à rivaliser avec VTB (VnechTorgBank) la seconde banque de Russie, dans tous les compartiments du métier ». Il concède cependant que « retenir le capital humain reste un défi. Maintenir et motiver deux équipes aux cultures d'entreprises et aux modèles d'affaires différents tout en obtenant les bénéfices de l'intégration sera difficile ». Mais VTB a déjà pris une bonne longueur d'avance sur Sberbank en lançant son activité d'investissement sous le nom de VTB Capital en 2008. En outre, VTB se prépare à prendre le contrôle de Banque de Moscou, la seconde banque privée du pays. Les deux grandes banques d'État ont affiché de bons résultats en 2010 grâce au redémarrage de l'économie russe et au soutien sans faille de l'État au cours de la crise financière. Privatisation partiellesLe Kremlin veut désormais se désengager de ses deux banques préférées avec un programme de privatisation partielle qui démarre cette année. Arkadi Dvorkovitch, conseiller économique du président russe, a ainsi indiqué jeudi : « Nous pensons que VTB et Sberbank seront privatisées cette année, Sberbank en second. La structure de la vente des parts de VTB sera définie dans les toutes prochaines semaines ». Goldman Sachs, qui fait un retour remarqué en Russie ces derniers temps, est chargé de l'opération. Le gouvernement russe veut ramener ses participations à 50 % plus une action dans VTB, contre 85,5 % aujourd'hui. L'État détient aujourd'hui 60,25 % dans Sberbank à travers la Banque Centrale.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.