AED Vidéo prête pour se déployer aux États-Unis

Le holding AED Vidéo est né de la rencontre de deux chefs d'entreprise. D'un côté, Gabriel Laval, fondateur et dirigeant de Mediadone (4 personnes), spécialisée dans l'enrichissement vidéo ; de l'autre, Ludovic Fouillé, directeur d'Illipack (10 salariés), positionnée sur le marché de la Web TV professionnelle. Situées respectivement à Rennes et Brest, les deux sociétés ont décidé de fusionner fin 2010, tout en gardant chacune leur identité propre, et de chapeauter AED Vidéo.Pour entamer la phase suivante de développement, le holding cherche des fonds. « Nos technologies étant matures, nous souhaitons rapidement développer nos ventes, affirme Gabriel Laval. Il nous faut donc doper notre service commercial, voire en créer un, et assurer notre présence à Paris et aux États-Unis où nous aimerions ouvrir des agences pour mieux répondre aux demandes de nos clients sur place. » AED Vidéo souhaite lever entre 500.000 euros et 1 million d'euros. « Nous aurions pu nous contenter de faire un emprunt, en allant voir Oséo et un partenaire banquier, souligne Gabriel Laval. Mais, si cela nous aurait permis d'avancer, nous aurions mis beaucoup plus de temps à décoller. »Détection des visagesNée en 2009, Mediadone est spécialisée dans l'enrichissement vidéo, notamment via sa plate-forme Lynx. « Grâce à des algorithmes ou à l'assistance d'un ordinateur, nous enrichissons ces vidéos pour une utilisation optimale, notamment sur le Web. » Ce savoir-faire permet aussi à l'entreprise de s'adresser au milieu de la vidéo-surveillance. « Des sommes importantes sont déployées pour installer ces systèmes, argumente Gabriel Laval. Mais, ensuite, on ne sait pas comment exploiter correctement et rapidement les données. Nos applications peuvent servir à la reconnaissance d'objets, la détection des visages, etc. Nous avons d'ailleurs signé un accord avec un chercheur renommé de France Télécome;lécom qui travaille également sur cela. » En développant des outils pour les Web télés professionnelles, secteur clé d'Illipack, les deux entreprises visent un spectre très large de clients. « L'idée est toujours de mieux partager le savoir », plaide Gabriel Laval. Ensemble, Mediadone et Illipack espèrent doubler dès la fin 2011 leur chiffre d'affaires consolidé, en passant à 1 million d'euros. Puis, dès 2012, à 2 millions. Avec, d'ici là, plus d'une vingtaine de salariés.Anne-Laure Grosmolard, à Renne

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.