Digitech se diversifie sur le secteur bancaire pour accélérer son rebond

Joël Couderc, son fondateur et PDG, l'admet : 2010 n'a pas été facile pour Digitech. « Sur le premier semestre, nous n'avons enregistré aucune commande. En raison de la crise, tous nos prospects avaient bloqué leurs budgets. Heureusement, la deuxième partie de l'année a révélé un engouement pour nos nouvelles solutions, engouement qui se prolonge en ce début 2011. » Créée en 1992 à Marseille, la PME s'est spécialisée dans la dématérialisation des documents. À l'origine, elle se positionnait surtout sur leur gestion électronique. Puis, elle a enrichi son offre sur les actes d'état civil, installant ses logiciels dans les principales villes françaises et plus de 300 communes, la gestion de courriers, factures, etc., ainsi que des dossiers et délibérations des collectivités. L'année dernière, la PME a conquis, en Suisse, Carglass et Gucci Horlogerie.2,8 millions d'euros de contrats« Compte tenu des interrogations qui ont marqué notre exercice 2010, nous en avons profité pour repenser notre organisation », explique Joël Couderc. En 2009, Digitech réalisait un chiffre d'affaires de 4,7 millions d'euros. Son effectif avait grimpé jusqu'à 55 personnes. Les équipes étaient organisées par familles de produits. Elles le sont désormais par métiers : R&D, production et service clients. « Nous avons gagné en productivité, transparence et cohérence », assure le dirigeant. S'il lui a fallu réduire l'effectif d'une dizaine de personnes, il a repris récemment les recrutements (trois embauches), au fur et à mesure que le carnet de commandes se remplissait. « Nous enregistrons actuellement 2,8 millions d'euros de contrats et nous sommes mobilisés sur une vingtaine d'appels d'offres. Comme nous en gagnons habituellement deux sur trois, nous sommes raisonnablement confiants sur nos performances en 2011. » Le PDG table sur un chiffre d'affaires de 4,5 millions d'euros, après l'avoir vu tomber à 4 millions en 2010. En février, Digitech va installer sa nouvelle solution de gestion des populations, CityWeb, sur la mairie de Cannes. Elle facilite les vérifications avec les actes d'état civil originaux pour réduire les risques de fraude sur les documents d'identité. En 2010, elle avait conquis une vingtaine de collectivités. « Nous espérons en équiper une dizaine de plus cette année. » Sa solution « mobilité » permet la consultation, depuis un smartphone, de délibérations, dossiers, courriers, etc. La ville de Bordeaux et Univer-science, gestionnaire de la Cité des sciences et de l'industrie, à Paris, l'auraient récemment adoptée, l'une sur iPad, l'autre sur BlackBerry. « Ces marchés génèrent productivité et traçabilité. Par exemple, grâce à des dispositifs intégrés d'alerte, le délai de réponse aux courriers a été réduit de 120 à 15 jours dans des mairies. » Maintenant, Digitech veut gagner des parts de marché sur le secteur banque-assurance, prioritairement en région. Les contrats récents avec la Société Marseillaise de Crédit et le courtier d'assurances marseillais Ripert de Grissac ne sont qu'une première approche.Quant à l'international, après être intervenue au Mali, au Maroc, en Algérie, en Côte d'Ivoire, la PME déploie ses offres de gestion de l'état civil en Roumanie où une filiale a été créée à Bucarest en 2010. Alliée à une société locale, elle a répondu à un appel d'offres portant sur 250 villes roumaines. Réponse en mars.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.