Coup d'accélérateur au déploiement de la fibre optique

La fibre optique fait quelque peu figure d'Arlésienne, en France, avec 100.000 abonnés seulement malgré les nombreux effets d'annonces de ces dernières années. Le gouvernement a donc décidé de donner un coup d'accélérateur à ce mode de transmission des données, qui permet des débits Internet bien supérieurs à ceux de l'ADSL. Ce jeudi, lors d'une visite dans des locaux de raccordement du réseau de fibre optique de France Télécome;lécom, à Paris, Éric Besson, ministre de l'Industrie, de l'Énergie et de l'Économie numérique, a souhaité que « 2 millions de foyers français soient raccordés à la fibre optique, d'ici à la fin 2011 ». Au 31 décembre 2010, un million de foyers seulement étaient raccordés, contre 960.000 fin septembre 2010 et 500.000 il y a deux ans. Avec 1,46 % des foyers équipés, la France pointe au 15ème rang des pays européens, en matière d'accès à l'Internet à très haut débit, selon une étude de l'Idate (Institut de l'audiovisuel et des télécommunications en Europe). Offres de cofinancementC'est dire si Éric Besson a salué « l'effort » de France Télécome;lécom, qui a annoncé un « renforcement » de son engagement en faveur de la fibre optique. L'opérateur historique, dont près de 27 % du capital est détenu par l'État, entend équiper en fibre optique 3.600 communes, d'ici à 2015. À cet horizon, ce sont donc 10 millions de foyers français qui pourront disposer de la fibre optique. Pour ce faire, France Télécome;lécom déboursera 2 milliards d'euros sur la période 2010-2015, comme il l'avait indiqué lors de la présentation de son plan d'actions à cinq ans, le 5 juillet 2010. « Nous investirons au moins autant, de 2015 à 2020 », a ajouté jeudi Stéphane Richard, directeur général de France Télécome;lécom. Qui table sur 15 millions de foyers raccordés à la fibre optique en 2020, soit 60 % des foyers français. Reconnaissant le caractère « très ambitieux » de cet objectif, Stéphane Richard a précisé que France Télécome;lécom « associera les autres opérateurs intéressés à ces déploiements en leur proposant notamment des offres de cofinancement ». Comme Bouygues Télécom et SFR, qui avaient conclu en décembre dernier un accord de coinvestissement pour déployer de la fibre optique dans les grandes villes. Il faut dire que le coût du chantier de la fibre optique - qui consiste à équiper 100 % des foyers français d'ici à 2025, selon le voeu du président de la République - est estimé entre 25 et 30 milliards d'euros. Et l'investissement de l'État dans les infrastructures numériques, dans le cadre du grand emprunt, se limite à... deux milliards.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.