Les chocolatiers prêts à tout pour soutenir le premier producteur de cacao

 |   |  408  mots
S'ils avaient pu voter, tous les grands chocolatiers auraient choisi Ouattara. La chute du clan Gbagbo, qui avait la main-mise sur la principale ressource végétale du pays, est une bénédiction pour la filière cacao qui l'appelait de ses voeux. Car en pratiquant à outrance ce que l'universitaire Jean-François Bayart appelle « la politique du ventre », une pathologie née dans les États africains après leur indépendance et qui consiste à retirer des avantages personnels d'une fonction politique, le règne de Gbagbo a aussi miné la croissance de la production de cacao du pays. Les nombreuses structures de gestion de la filière (Bourse du Café et du Cacao, Fonds de Regulation et de Contrôle, etc) ont détourné, entre 2002 et 2008 près de 400 milliards de francs CFA (615 millions d'euros) selon un rapport KPMG. Dans le même temps, la production de cacao, qui fait vivre 20 % de la population, a stagné, alors que la forêt perdait un peu plus de terrain. Entre 1965 et 2005, la forêt primaire a fondu, passant de 9 à 2,5 millions d'hectares. Une déforestation directement liée à l'avancée du cacao, qui a balayé le pays d'Est en Ouest : les fermiers obtiennent un meilleur rendement avec les cacaoyers exploités sur des terres fraichement déboisées. Dans ce contexte, les investissements de Cargill, Barry Callebaut et autres devraient se faire dans des cadres de certification « a minima», type Rainforest Alliance, qui incitent les fermiers à respecter l'environnement et à éviter le travail des enfants. La protection de la production ivoirienne, estimée à 1,3 million de tonnes pour 2010 sur un total mondial de 3,8 millions de tonnes selon l'International Cocoa Organization, est en effet cruciale alors que la consommation mondiale ne cesse de progresser. «Mais la grande inconnue reste celle des taxes » assure François Ruf, expert du cacao au Cirad à Montpellier. Le pays a pris l'habitude de vivre sur la rente cacaoyère en taxant lourdement les fèves. Mais pour un vrai redémarrage de la filière, « il faudrait faire remonter plus de valeur ajoutée au fermier, ils n'obtiennent que 800 Francs CFA (1,22 euro) par kilo, soit moins de la moitié du prix du marché » assure un spécialiste. Autre enjeu : assurer la sécurité de toute la zone cacaoyère, qui ceinture le sud du pays. Et surtout le Grand Ouest, « une zone de non-droit où les mercenaires libériens font leur marché » selon François Ruf. Aline Robert

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :