Flipboard fusionne presse et réseaux sociaux sur l'iPad

Avec Flipboard, la Silicon Valley aurait-elle inventé la pierre philosophale qui change la vieille presse papier en magazine social interactif et personnalisé sur iPad ? Cette application lancée le 22 juillet transforme les flux de messages postés sur les réseaux sociaux Twitter et Facebook en jolies pages de magazine à feuilleter sur la tablette d'Apple.Finies les listes interminables pour remonter le fil des mini-messages, avec liens à cliquer vers des articles, des photos, des vidéos, recommandés par ceux que vous suivez sur Twitter ou par vos « amis » Facebook.Une fois enregistré avec ses identifiants Twitter et Facebook, l'article recommandé par un lien du type «https://bit.ly/cI», s'affiche en plein texte, les photos se mettent en page... Et on peut retrouver les messages plus anciens en feuilletant d'un glissement de doigt sur la tablette, les pages d'un magazine. La page d'accueil de l'application propose aussi le choix d'autres contenus : outre ses Twitter et Facebook personnels, on peut opter pour des sélections thématiques proposées par Flipboard (Flipnews, Flipbusiness...) ou des tiers (le New York Times, The Economist, Fortune, Wired.. sont déjà là, par exemple). Alors que les journaux utilisent aujourd'hui Twitter et Facebook pour attirer l'attention sur leurs articles, ces alertes sous forme de liens sont automatiquement réagencées par Flipbaord en pages de journal.Mike McCue, le fondateur de la start-up, qui a cédé sa précédente entreprise, Tellme, à Microsoft, explique dans une interview à Business Insider avoir cherché l'alliage entre la puissance de l'Internet et la beauté des magazines imprimés. Ce « magazine social personnalisé  » qui « désenlaidit le web  » selon l'expression d'un commentateur américain, répond aux attentes de ceux, de plus en plus nombreux, qui s'informent surtout à partir de réseaux sociaux. Quinze minutes après le lancement de l'application, les serveurs ont saturé et il faut désormais un délai pour faire valider ses identifiants Twitter et Facebook. Les pages de publicitéÉcartant les critiques de pillage des contenus des journaux, Mike McCue assure au contraire vouloir travailler pour les éditeurs de presse, nombreux à le contacter dès le lancement. Les articles ne sont publiés qu'en extraits - certes larges - et Flipboard propose de rejoindre le site web de l'éditeur pour en lire l'intégralité. Les pages de publicité, mieux mises en valeur que par des bannières Internet, pourront être vendues par les éditeurs de presse 10 fois plus cher que sur le web, veut croire le fondateur de Flipboard qui base son modèle sur le partage de revenus avec les éditeurs.Pour son projet, Mike McCue s'est associé à Evan Doll, un ingénieur qui faisait partie des premières équipes de développement du mobile iPhone d'Apple. Flipboard a aussi fait l'acquisition d'Ellerdale, une société spécialisée dans l'analyse sémantique des flux de données pour extraire et classer les contenus des réseaux sociaux. Des « business angels » prestigieux se sont penchés sur le berceau de la start up : Kleiner Perkins, un des premiers soutiens d'Amazon et de Google, Jack Dorsey et Dustin Moskovitz, respectivement co-fondateurs de Twitter et Facebook, Peter Chernin, l'ex-dirigeant de Fox et News Corp. Elle a réuni 10,5 millions de dollars pour sa première levée de fonds.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.