Michel Wieviorka : « Une France sclérosée, mais qui a des raisons d'espérer »

 |   |  8248  mots
Vous qui fûtes un soutien de Martine Aubry lors des primaires socialistes appelez à ne pas accabler François Hollande, moins par conviction que par la nécessité de conjurer \"le pire\". Seize mois après son élection, quel diagnostic posez-vous sur l\'état de la société française ? De quoi est-elle malade, et de quels maux l\'exercice hollandais du pouvoir l\'a-t-il frappée ?L\'influence de sa politique sur le fonctionnement de la société française n\'est certes pas neutre, mais François Hollande n\'est pas responsable de l\'état de santé, très préoccupant, de ladite société. De quoi celle-ci souffre-t-elle ? En premier lieu - et depuis déjà longtemps - de son enfermement dans ce que mon collègue, l\'historien François Hartog baptise judicieusement le \"présentisme\". Plus encore que de douter en leur avenir, les Français peinent à le penser, à l\'imaginer, à l\'espérer, et simultanément à saisir l\'histoire et à tirer les enseignements du passé avec sagacité. Alors ils vivent dans l\'actualité et se figent sur le présent.Notre société est orpheline des grandes idéologies de gauche. Il en est, définitivement, du communisme, qui a sombré dans l\'horreur concrète avec la mise en œuvre des rêves et des aspirations, altruistes et vertueuses, pour devenir expérience concrète du totalitarisme puis de sa décomposition. Il en est de même, mais de façon plus limitée, avec la social-démocratie. Cette dernière - et les violences urbaines qui ont malmené la Suède en mai 2013 en sont une manifestation - est à bout de souffle, affaiblie par l\'érosion continue de ses piliers : le mouvement ouvrier, la puissance syndicale, l\'État-providence. Les grands modèles politiques et idéologiques à même de proposer aux Français de se projeter à gauche dans l\'avenir sont donc exsangues.Leur délitement s\'inscrit dans un phénomène plus large, le déclin, parfois la quasi-disparition des grandes médiations du passé, accélérée par le développement réticulaire d\'Internet. Citons notamment la presse, en proie à une crise structurelle profonde, ou bien encore l\'Eglise catholique ; nonobstant les manifestations de masse de l\'hiver dernier rejetant le principe du mariage pour tous, l\'influence de cette institution historiquement si omniprésente dans le fonctionnement et l\'organisation de la société connaît en France une chute que je crois irréversible. Cette évaporation des médiations classiques participe-t-elle à expliquer la résignation, même l\'apathie qui ont envahi une société que la capacité collective de résister et d\'imaginer semble déserter ?C\'est indéniable. En Espagne, pourtant frappée par une crise politique et économique d\'une toute autre ampleur, la société existe, manifeste, revendique, elle \"vit\". Tout comme dans certains pays du Proche Orient ou du Maghreb engagés depuis deux ans dans une révolution sans précédent, la capacité d\'indignation y est intacte, une part significative des citoyens aspirant à une démocratie qui reconnaisse l\'individu dans sa personne, mais aussi dans sa contribution à la collectivité. En France, la faculté de produire des mouvements sociaux susceptibles de revitaliser l\'espoir est anémique. La France est de moins en moins en situation de débattre avec elle-même. En tous cas actuellement.Les causes sont multifactorielles. L\'une d\'elle, paradoxalement, tient à la confiance, encore vive, des Français pour leur système politique et ses partis, au contraire d\'Espagnols et d\'Italiens qui, de droite comme de gauche, tournent en plus grand nombre le dos à leurs représentants traditionnels. En France, la foi dans l\'Etat, la nécessité de l\'Etat, le besoin d\'Etat, le recours à l\'Etat restent élevés au sein de la population, d\'autant plus que l\'effacement des médiations intermédiaires crée l\'appel à une relation directe avec l\'Etat. Ils sont si élevés qu\'en définitive l\'Etat surplombe, aujourd\'hui comme hier la société elle-même, et qu\'il en est attendu qu\'il la transforme, la refonde, la relance. La crédibilité de l\'Etat et du système politique fait l\'objet de forts doutes, mais ceux-ci sont loin d\'avoir culminé et atteint le point de non retour. Même affaiblis, le tissu politique et celui des médiations intermédiaires assurent le maintien des conceptions traditionnelles de la démocratie - quand bien même la montée en puissance du Front national et la porosité croissante de son idéologie avec celle d\'un pan entier de la droite classique manifestent une dérive préoccupante. L\'acceptation et la résignation continuent de dominer, même si l\'on observe des manifestations extrêmes et radicales de contestation. L\'espérance, même faible, demeure plus forte que la désillusion. Cécité face à l\'avenir, assujettissement presque infantile à l\'Etat : les Français ne souffrent-ils pas également d\'une représentation et d\'un positionnement de l\'Hexagone dans le monde eux aussi vacillants et en retrait ?Il y a un siècle, la France était une puissance rayonnante et se vivait à bien des égards comme le centre du monde. Malgré la conservation, via les DOM et les TOM, d\'un vaste empire, elle n\'occupe plus qu\'une place très relative. Sur une planète désormais multipolaire et qu\'ordonne l\'émergence de nouveaux ensembles et de nouveaux rapports de force - il faut par exemple prendre en considération l\'axe Chine-Etats-Unis -, la France et donc les Français peinent à se situer dans les grands changements géopolitiques et géoéconomiques du monde. Et ce constat, aggravé par le déclin relatif de la langue française, accentue le double sentiment d\'inquiétude et de précarité. Nourrir une perspective d\'avenir devient difficile - et pourtant nécessaire. Et pas impossible : notre pays a des ressources, il innove, il se développe aussi, dans et malgré la crise. Le vif débat sur la pertinence d\'enseigner en anglais dans les établissements du supérieur constitue d\'ailleurs le symptôme d\'une société oscillant entre l\'archaïsme que lui dicte la défense - essentielle - de son patrimoine, de son histoire, de ses racines, et la modernité - tout aussi essentielle - que lui impose la projection dans la mondialisation. N\'est-ce pas de cette ambivalence que souffre une population française \"déboussolée\" au moment d\'arbitrer son avenir ?Le débat sur l\'enseignement de l\'anglais est emblématique des tensions intérieures auxquelles les Français sont exposés. Dans les pays du nord de l\'Europe, on se \"sent\" bien plus acteur que spectateur de la mondialisation. Y enseigne-t-on uniquement en anglais à l\'université ? A-t-on renié les langues domestiques ? Non. En revanche, on enseigne massivement l\'anglais, dès le plus jeune âge et tout au long du cursus supérieur. Voilà la différence.Ce malaise, profond, que vit une population française effectivement tiraillée, au milieu du gué, hésitant à quitter une rive pour rallier l\'autre, résulte d\'une distorsion protéiforme. Distorsion née d\'une situation antagonique de mutation, à la fois de crise et de construction : les Français simultanément perçoivent au quotidien les répercussions de la crise et pourtant sont capables de relever la tête pour dessiner les fondations d\'une nouvelle construction, pour réfléchir différemment à l\'économie, à l\'urbanisme, aux transports, à la ville, à l\'environnement, à l\'éducation ou à la culture… c\'est-à-dire à ce qui permettrait de faire société autrement. Se relever pour regarder autrement le monde et s\'imaginer autrement dans le monde n\'est qu\'illusion tant que le rêve européen demeurera à ce point chimérique. L\'Union européenne semble devenue, dans l\'esprit des citoyens, davantage un fossoyeur qu\'un sauveur… Comment, à l\'égard de l\'Union européenne, peut-on tenir un discours responsable, c\'est-à-dire critique mais visionnaire, intègre mais constructif ?La sombre perspective associée à l\'idée européenne contribue au malaise des Français. L\'Europe est désormais jugée presque exclusivement en termes économiques. Son existence va-t-elle relancer ou affaiblir l\'économie nationale française ? L\'euro est-il vraiment un atout, n\'est-il pas une tare pour la France ? L\'Europe économique dissuade-t-elle ou favorise-t-elle la concurrence des autres pays ? Au sein même de l\'Union, la disparité des règles (fiscales, sociales, etc.) désavantage-t-elle la France ? La subordination des Etats à Bruxelles atrophie-t-elle la démocratie nationale ? Jusqu\'où faut-il renoncer à la souveraineté nationale ? Telles sont les questions que beaucoup se posent.Face aux chiffres du chômage ou de la croissance, les Français à la fois doutent de plus en plus du rôle économique de l\'Europe et réduisent la vocation de l\'Union à ce seul périmètre économique. L\'espérance européenne, sans laquelle exister dans le monde est improbable, exige qu\'on sache considérer le continent aussi par la vitalité de ses croisements artistiques, culturels, historiques, linguistiques, étudiants, entrepreneuriaux, etc. C\'est cette richesse qui fonde une nation et, concomitamment, ses ressources économiques ; cette réalité et cette règle peuvent-elles s\'appliquer au moment où l\'on bâtit une nation européenne ? Beaucoup en doutent. Certes, il est possible d\'espérer qu\'à la déshérence idéologique en France se substitue un idéal de société européen. Mais comment y croire à l\'aune des déficits de la démocratie dans l\'Union, de la prolifération des mouvements xénophobes ou eurosceptiques qui s\'approchent du pouvoir (Belgique, Grèce, Autriche, France…) et même le détiennent (Hongrie) ? La première pierre de ce qui allait aboutir à l\'Union européenne, la CECA, est née en riposte à la Seconde guerre mondiale et par hantise d\'une réplique. Elle a pris pour ressorts les deux activités économiques les plus emblématiques de la guerre : le charbon et l\'acier, qu\'elle articula dans une perspective morale et éthique grâce à laquelle un \"idéal européen\" de paix vit le jour et même prospéra. Elle montre qu\'il est possible d\'associer un projet économique et une visée politique, culturelle, humaine. Espérer accomplir le premier en négligeant les autres est une illusion. Tous sont indissociables, particulièrement en période de crise et de remise en question. En effet, si l\'Europe est réduite à sa seule réalité économique, comment continuer de croire en elle lorsque le marasme économique la contamine ? Alors que si l\'économique, le politique, le culturel, le moral sont intégrés, l\'Europe fait sens même si la crise économique est prégnante.On atteint là l\'un des \"talons d\'Achille\" de François Hollande. Il est prisonnier de ce confinement et, au-delà, de la disqualification croissante de l\'idée européenne dans l\'esprit des Français. La réussite du président Hollande est liée au redressement économique du continent, mais aussi - et il détient là une carte majeure - à sa propre détermination à déployer auprès de ses partenaires une idée ambitieuse de l\'Europe. Or, dans un contexte d\'euroscepticisme, il lui sera très difficile d\'engranger au plan intérieur un profit politique de possibles avancées européennes. Ce contexte délétère est certes antérieur à l\'élection de François Hollande. Toutefois, ce dernier donne l\'impression d\'une impuissance et d\'une faible autorité synonymes de cacophonie et de stratégie improbable. Cette perception est d\'autant plus aiguë qu\'elle a pour lit la déliquescence des institutions intermédiaires, et que François Hollande succède à un accomplissement antithétique, c\'est-à-dire extrêmement personnalisé, autocrate et souvent fallacieux de l\'autorité incarné par Nicolas Sarkozy. Mais finalement, donner l\'illusion d\'exercer l\'autorité n\'est-il pas préférable pour replacer dans une dynamique de confiance une population qui, paradoxalement, n\'a jamais été autant autonome mais n\'a jamais eu autant besoin d\'un chef pour la guider dans la \"jungle\" de la mondialisation ?La première année du mandat Hollande a placé les Français devant une réalité : la gauche telle qu\'il l\'incarne n\'est pas beaucoup mieux outillée que la droite pour faire face aux défis économiques et répondre à leurs inquiétudes. Tant que la gauche était dans l\'opposition, elle pouvait essayer de faire rêver la population, qui pouvait elle-même rêver… Mais les faits sont têtus. François Hollande et le gouvernement n\'ont pas tant tardé dans la prise de décisions et le lancement de réformes qu\'hésiter à les conduire à fond, à aller au bout desdites réformes lorsqu\'elles sont engagées. Les exemples ne manquent pas de réformes qui ne tiennent pas toutes les promesses de la campagne présidentielle, ou même des premières déclarations du pouvoir ; j\'en donne pour exemple celles qui concernent la transformation de l\'Etat et l\'accélération de la décentralisation confiées à Marylise Lebranchu.Dès lors, les conditions pour créer un nouveau souffle, éveiller l\'enthousiasme et la mobilisation, encourager une forte dynamique, ne sont pas à ce jour réunies. Le sociologue Michel Crozier est mort il y a quelques mois. Il nous a laissé ses travaux consacrés dès les années 60 aux dégâts de la rigidité, aux méfaits de la bureaucratie, aux origines de la résistance au changement. Des travaux modernes si l\'on en juge par les blocages qui entravent aujourd\'hui la volonté réformiste. La France n\'est ni le Canada ni l\'Allemagne… Quelles parts de responsabilité l\'héritage sociologique de ces décennies et l\'exercice du pouvoir de François Hollande se partagent-ils ?Les travaux de Michel Crozier ont conservé une incroyable fraîcheur, et d\'une certaine façon, mais pour partie seulement, disculpent le président de la République des difficultés qu\'il rencontre pour réformer le pays. Michel Crozier avait remarquablement cerné ce qui demeure une réalité quarante ans plus tard : le poids des logiques bureaucratiques, la difficulté des faces-à-faces, l\'incapacité à initier des changements collectifs, l\'emploi inopérant ou contre-productif des décrets - un de ses grands livres a pour titre « On ne change pas la société par décret ». Il est d\'ailleurs étonnant de constater que dix années de néo-libéralisme déployées sous les règnes de Jacques Chirac et de Nicolas Sarkozy n\'ont nullement produit une réduction de la bureaucratie. Car diminution du nombre de fonctionnaires ne signifie pas retrait des procédures bureaucratiques… Existe-t-il alors encore une voie idéologique à gauche ? La difficulté à rendre les \"valeurs de gauche\" audibles dans l\'opinion publique traduit-elle le franchissement d\'un point de non retour : celui d\'un enracinement si profond du dogme marchand, libéral, individualiste, et consumériste dans les consciences et dans les comportements que l\'œuvre collective, l\'exigence de solidarité et d\'une certaine forme de justice sont chassées ?Les consciences de gauche sont face à une alternative. Les uns considèrent que \"l\'idéal de gauche\" ne peut définitivement plus être incarné par les forces politiques actuelles, et alors militent pour nettoyer radicalement le paysage politique censé le représenter. Par le jeu de la démocratie participative et délibérative, ils attendent beaucoup de l\'émergence de forces citoyennes ou de mouvements sociaux substitutifs. \"Allons jusqu\'au bout de la crise\", pourrait être le credo de ce camp. D\'autres croient possible une reconstruction, une rénovation dudit \"idéal de gauche\" au sein même du système politique actuel. Dans un passé récent, plusieurs expérimentations ont démontré la pertinence d\'une telle voie. Citons les réformes idéologiques engagées par le triumvirat Clinton-Schröder-Blair promoteur d\'un \"social libéralisme\" qui fit un temps ses preuves au plan économique - avec un coût social dont on a beaucoup tardé à prendre la mesure. Plus loin de la France, l\'Amérique latine est devenue un véritable laboratoire d\'innovation sociale et idéologique. Du Chili de Michelle Bachelet à l\'Equateur de Rafael Correa, de la Bolivie d\'Evo Morales au Brésil de Lula puis de Dilma Rousseff, de considérables chantiers ont été ouverts qui tous indiquent qu\'une modernisation de la gauche est possible, mais aussi où peuvent apparaître des acteurs populaires qui critiquent vertement le pouvoir et les partis de gauche - on vient de le constater au Brésil. Certains ne manquent pas de souligner les limites de ces politiques de gauche en Amérique latine, mais il est difficile de nier les progrès accomplis en faveur des populations les plus vulnérables, pour promouvoir l\'éducation, la santé, ou d\'être aveugle à la formation d\'une classe moyenne qui assure la croissance et le développement économique de ces pays.Ce contexte pourrait éclairer ma position, qui est que la voie de la refondation doit s\'imposer à celle de la purge radicale. Un tel arbitrage est d\'autant plus capital qu\'il conditionne la vitalité de la démocratie. Car si le rejet de la classe politique de gauche et aussi l\'absentéisme des déçus de la politique l\'emportent, notre pays risque d\'entrer dans l\'ère, baptisée par le politologue anglais Colin Crouch \"post-démocratique\", dans laquelle le pouvoir échappe aux représentants élus pour échouer dans les mains des médias, des instituts de sondage, des conglomérats financiers, etc. Ou bien encore, il risque d\'accorder une confiance accrue à la démagogie, au populisme ou de s\'abandonner à la violence. L\'échec de Mario Monti, l\'irruption de Beppe Grillo lors des dernières élections législatives italiennes, mais aussi le long règne de Silvio Berlusconi en sont une démonstration supplémentaire : l\'exemplarité ne forme plus un critère déterminant des scrutins. Est-ce un symptôme de cette \"post democracy\" et d\'une irréversible dérive populiste ?Le coup d\'éclat de Beppe Grillo témoigne que \"détruire\" le jeu politique pour en montrer la vanité ouvre la voie à un populisme qui s\'avère vite délétère. Le populisme peut être nationaliste, comme c\'est le cas en France avec le mouvement de Marine Le Pen, qui témoigne d\'un dynamisme durable. Le national-populisme pourrait être interprété comme la marque d\'un déclin et d\'une décadence si l\'examen de la situation sociale, sociétale, économique, systémique faisait état \"seulement\" d\'une crise. Or la mutation que nous traversons porte \"aussi\" des raisons d\'espérer. Les Français manifestent un vif rejet pour les actes de corruption et le cumul des mandats électifs, aspirent au renouveau de valeurs essentielles auxquelles l\'écologie politique offre depuis quatre décennies un précieux support, enfin sont mûrs pour être \"acteurs\" de leur existence. Cette dernière observation est déterminante, car elle conditionne le rayonnement de valeurs éthiques - désormais omniprésentes dans les débats de société, politiques, économiques, environnementaux - qui germent du \"bas\" et ne sont plus dictées par \"en haut\". L\'âpre confrontation inhérente à la préparation de la loi en faveur du mariage pour tous portait une dimension \"éthique\" substantielle - adoption, procréation médicalement assistée, gestation par autrui, etc. - qui témoignait d\'une préoccupation \"politique\" des Français tout aussi élevée. Il est regrettable que de telles préoccupations soient devenues l\'objet d\'une action politique partisane, et de surcroît pénétrée par des éléments totalement réactionnaires. Sur de tels thèmes qui touchent profondément chaque citoyen car ils sont réels, complexes, antagoniques, interrogent la vie, la mort et la morale, les traditionnelles lignes de démarcation politiques volent en éclat. Cette disjonction d\'avec le relais politique résulte de la difficulté, pour ce dernier, de faire écho à ce qui interpelle l\'individu au plus loin dans son intimité, son intériorité, ses convictions éthiques ou spirituelles. Il fut reproché à Nicolas Sarkozy d\'avoir gravement court-circuité et décrédibilisé les strates intermédiaires, d\'avoir discrédité ceux-là mêmes chargés de mettre en œuvre la politique et donc d\'y faire adhérer le peuple : les ministres. Est-ce davantage déstabilisant, pour l\'opinion publique, que de se sentir dans un bateau ivre dont nombre de ministres se disputent le capitanat ?François Hollande a, me semble-t-il, fait le pari de conduire - même partiellement - des réformes qui, il l\'espère, donneront des fruits dans deux à trois ans. D\'ici là, il semble confiant dans l\'hypothèse d\'un retournement des tendances d\'un déclin économique auquel sa courbe de popularité est indexée. Cette cote devrait dans cette perspective se redresser, même lentement et modestement, dans la mesure où il parviendra à créer un espoir à moyen terme et à clôturer ainsi une période d\'efforts substantiels imposés aux Français. Il ne devrait donc pas perdre pied. Tel est son plan. Cette vision doit être lue en prenant en considération le style managérial mais surtout la personnalité de François Hollande, attaché à concilier les points de vue, habile à naviguer entre les courants, prompt à établir des solutions très équilibrées. Ce que l\'on peut déchiffrer \"aussi\" comme la volonté de satisfaire le plus grand nombre, de surfer en permanence au sommet d\'une vague composée, sous l\'écume, de flots qui en réalité se télescopent en permanence et exigent d\'être traités, arbitrés avec détermination. Cela, les Français le saisissent bien. Mais finalement, à l\'aune de ce style qui n\'appelle ni la diatribe \"personnelle\" ni ne peut enthousiasmer, l\'atonie s\'est imposée. Or l\'atonie porte en elle de dangereux germes, au premier rang desquels domine le désintérêt, lui-même favorisant les doctrines ou les postures populistes. Il ne peut être contesté à Nicolas Sarkozy de posséder cette capacité d\'entraînement…Ce sont deux personnalités aux antipodes. Nicolas Sarkozy disposait effectivement d\'une force de persuasion et de mobilisation qui donnait à sa politique une résonance, une ampleur démultipliées au sein de l\'opinion publique. Mais faire croire ou faire rêver ne dure qu\'un temps, l\'électorat exige des résultats. Sous peine, sinon, de la sanction électorale.La politique est sujette aux retournements les plus insoupçonnés, les plus imprévisibles. Qui aurait pu prédire en 1997 que la dissolution de l\'Assemblée nationale, décidée pour asseoir davantage la légitimité de la majorité, produirait un tel cataclysme pour cette dernière ? Ce n\'est pas un paradoxe que de dire que l\'avenir de François Hollande n\'est pas dissociable de celui de l\'UMP. Laquelle est au bord de l\'implosion, d\'une destruction non seulement financière mais surtout identitaire, décidée par ses propres dirigeants engagés dans une guerre fratricide qui éloigne toute perspective de refonte idéologique. Une partie des troupes a commencé de flirter à pleine bouche avec le Front National, et ce phénomène ne fera que croître au fur et à mesure que les courbes de popularité des deux formations politiques poursuivront une dynamique inverse. Avec pour conclusion probable une scission entre les franges idéologiquement proches et incompatibles d\'avec la doctrine frontiste. Un tel scénario conditionnerait de manière favorable pour lui l\'avenir politique et électoral de François Hollande, mais aussi sa stratégie et son management de président. Comment est-il possible d\'espérer \"réenchanter\" la France, comme s\'y est engagé François Hollande, lorsque la jeunesse dont il a fait le fer de lance de son programme est à ce point en panne d\'identité, de reconnaissance, d\'idéaux, et de débouchés professionnels ?Effectivement, la situation de la jeunesse est préoccupante, et d\'ailleurs constituera l\'un des freins majeurs au rebond populaire de François Hollande. Cette jeunesse apparaît de plus en plus fracturée, et on peut l\'examiner en suivant un axe borné par deux points extrêmes. L\'un rassemble des individus \"ouverts au monde\", qui ont fait de la planète entière leur terrain d\'expression, de travail, de découverte, en premier lieu parce que trouver un emploi ou simplement vivre au quotidien est plus aisé à Montréal, Londres ou Sydney ; et le second pôle réunit des alter egos recroquevillés, repliés sur leur territoire, souvent parce qu\'ils n\'ont pas bénéficié de l\'éducation adéquate ou ne possèdent pas les clés de compréhension du monde. Ces deux extrêmes concentrent des pans entiers de la jeunesse, et cette configuration duale laisse peu d\'espoir de riposter au désenchantement qui frappe une grande partie des jeunes de France. L\'acceptation collective des réformes exige que chaque citoyen, à la place qu\'il occupe, constate que la clé de répartition des droits et des devoirs - qui forment le socle du \"vivre ensemble\" - est équitable, et que les efforts au redressement de la nation sont tout aussi justement partagés. La perception de l\'injustice avait été flagrante sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy. Elle l\'est tout autant depuis mai 2012. Pourquoi aucun gouvernement ne pourrait être capable à la fois de taxer à 75 % les revenus supérieurs à 1 million d\'euros et de faire porter l\'âge de la retraite des salariés des régimes spéciaux à 60 ans ? Pourquoi ne pourrait-il pas être capable à la fois d\'exiger un effort supplémentaire des plus aisés à la résorption du déficit de l\'assurance-maladie et de traquer les comportements dans les collectivités territoriales où le taux d\'absentéisme pour maladie est sept fois supérieur à celui du privé ? Et la liste des perceptions d\'injustice est longue…Cette démonstration est symptomatique d\'une population qui pense Etat avant de penser société. Et lorsque l\'Etat est affaibli, appauvri, menacé, les citoyens font corps pour défendre ce qui assure encore leurs acquis… … Ce qu\'Eric Maurin baptise la \"peur du déclassement\" : on se protège en amont, on s\'arcboute par peur de perdre plus tard… Vous célébrez cette année le cinquantenaire de la Fondation Maison des sciences de l\'homme. Quel état des lieux dressez-vous de l\'exercice des sciences humaines et sociales (SHS) dans une France qui fut longtemps dans ce domaine un exemple mais dont le rayonnement dorénavant décline ?Il est difficile d\'établir une photographie uniforme dans cet univers extrêmement hétérogène du point de vue des intérêts intellectuels et des orientations scientifiques. Il est toutefois une réalité : la France a en partie manqué le tournant des années 80 - 90, à l\'époque de la chute du Mur de Berlin. Ce \"raté\" doit beaucoup à l\'évolution historique de la société française. Les Trente Glorieuses avaient consacré un pays constituant l\'épicentre de la vie intellectuelle internationale. Toutes les conditions étaient réunies : plein emploi, croissance forte, mais surtout une actualité - décolonisation, combats idéologiques, luttes ouvrières, sociales et politiques -, une effervescence créatrice, une transformation du travail et des strates socio-économiques, enfin des personnalités qui font débat. Et clivent. Ainsi est-on alors aux côtés soit de Jean-Paul Sartre soit de Raymond Aron. Les intellectuels français et le modèle même de l\'intellectuel français sont alors centraux. Quarante ans plus tard, cet âge d\'or s\'est étiolé. La nature des débats intellectuels a changé, le monde s\'organise autrement, le nombre d\'acteurs est démultiplié, et ainsi la part d\'abord relative puis intrinsèque des intellectuels français recule. Un constat douloureux pour tous ceux qui animaient encore le débat à la charnière des années 70-80 et qui a pour racine principale l\'appréhension et la difficulté de se positionner dans un monde en mutation rapide et radicale. Une appréhension et une difficulté qui singularisent la plupart des Français mais tout autant les chercheurs et enseignants en sciences sociales, rétifs à \"penser global\" et à se projeter autrement dans le concert de la mondialisation. Pour autant, le tableau n\'est pas que sombre ; il demeure quelques \"beaux restes\", et de réelles potentialités. L\'hyperspécialisation est devenue la règle, autant au sein de la communauté des chercheurs que dans les process de recrutement des entreprises. La pluridisciplinarité est bannie. Ces mêmes hyperspécialistes ont aussi de commun, bien souvent, de ne pas s\'écarter des rails de leur compétence et de ne pas prendre part au débat public, politique, citoyen. Hyperspécialisation et focalisation exclusive sur la tâche : en quoi ce double syndrome de \"rétrécissement des esprits\" affecte-t-il la santé intellectuelle de la recherche, des entreprises, et donc de la société ?Le phénomène d\'hyperspécialisation constitue un problème immense qui concerne l\'ensemble des sciences, y compris humaines et sociales, mais dépasse le cercle même de la science. Il a pour conséquence, chez les chercheurs, un niveau d\'expertise extrêmement élevé, une participation performante dans des réseaux internationaux, mais aussi, effectivement, la difficulté ou même l\'inintérêt de quitter ce périmètre étroit. C\'est pourquoi ils participent à des débats d\'hyperspécialistes mais ne se hasardent guère dans des domaines généraux : ils sont capables simultanément de dialoguer via internet avec leur alter ego de Columbia University mais de ne pas adresser la parole à leur voisin de laboratoire \"enfermé\" dans une spécialité distincte. C\'est un grave problème… commun aux chercheurs du monde entier. Il n\'est pas propre à la France. En revanche, cette dernière cultive des particularismes qui l\'entretiennent ou même l\'aggravent. Citons les procédures d\'évaluation, la hantise - irrationnelle et infondée - des classements comme celui de Shanghai, les metrics et autres rankings, ou l\'organisation excessivement disciplinaire des universités. Ce contexte est une source de \"malheur intellectuel et scientifique\". La France peut toutefois rebondir. Elle dispose des ressources pour se relancer, revitaliser son attractivité, séduire les plus éminents intellectuels étrangers. Encore faut-il permettre à ses infrastructures de déployer une \"autre\" offre. Cette tendance à l\'hyperspécialisation est-elle irréversible ?Je ne crois pas. Au contraire, nous sortons peu à peu de l\'époque taylorienne de la \"one best way\" enfermant l\'exercice des tâches dans la parcellisation et l\'uniformisation. Le besoin de redonner du sens aux métiers et aux fonctions mais aussi, collectivement, au corps social de l\'entreprise, s\'impose progressivement. Le développement de méthodes de management davantage participatives et \"éclatées\" géographiquement y concourt, ce qui ne veut pas dire que la \"révolution managériale\" entamée dans les années 80 soit toujours un succès. Au sein de l\'European Research Council à Bruxelles, nous affectons chaque année d\'importantes subventions à des équipes de recherches ; dans le panel en SHS que j\'y préside, la quasi-totalité des meilleurs projets - nous en retenons une vingtaine sur dix ou quinze fois plus de candidats - met en scène non une spécialité mais une somme de disciplines, témoignant de la nécessité de croiser un grand nombre de connaissances pour répondre aux problématiques d\'un monde technologique, économique, politique de plus en plus complexe. Cela traduit la conscience que la multidisciplinarité et la multicollaboration sont source aussi d\'enrichissement personnel et d\'ouverture. Malheureusement, là encore nous devons constater le retard français ; l\'excessive rigidité du système cloisonne les disciplines. Toutefois, quelques situations font œuvre d\'\"éclaircie\". Exemple ? Les comités d\'éthique installés dans les hôpitaux. Ils rassemblent médecins, personnel soignant, juristes, mais aussi, selon les cas, philosophes, sociologues ou anthropologues. De la confrontation et de la mise en perspective de toutes ces compétences, il ressort de formidables enseignements intellectuels, moraux, humains qui font progresser la conscience, les savoirs. Et l\'humanité. Quelle lecture des bouleversements sociaux et sociétaux en France produits par la révolution de l\'économie mondialisée la sociologie propose-t-elle ? Mesure-t-on la contribution des SHS à l\'amélioration des consciences, à celle de l\'humanité individuelle et collective, à la maturité démocratique ?Les SHS en général et la sociologie en particulier portent en elles une formidable grille de lecture des mutations sociales, économiques, urbanistiques, culturelles, technologiques, géopolitiques du monde. Leurs acteurs travaillent sérieusement, articulent les faits du passé avec la réalité du présent et les perspectives d\'avenir, examinent et combinent les visions, vérifient et valident. L\'éclairage qu\'ils proposent est précieux pour comprendre le monde. Encore faut-il savoir les solliciter et reconnaître leur utilité. Ce qui en France, malheureusement, n\'est pas toujours aisé - en partie, reconnaissons-le, par leur propre faute… Les exemples pour souligner cette remarque ne manquent pas. Celui d\'Olivier Roy est symptomatique. Dans les années 70, cet éminent politologue, spécialiste de l\'islam et alors rattaché au CNRS, avait consacré d\'importants travaux de recherche à l\'Afghanistan qu\'il avait sillonnée à plusieurs reprises de part en part. Absolument personne ne se préoccupait alors de ce pays, et des voix s\'étaient même élevées pour contester l\'utilité de telles investigations, par ailleurs jugées dispendieuses. Puis surgit l\'invasion soviétique en 1979 et ensuite les événements que l\'on connait trop bien. Et alors que constata-t-on ? Que ces travaux constituaient un gisement de connaissances culturelles, géographiques, religieuses, tribales, économiques unique. Et que l\'on s\'arracha jusque chez les dirigeants américains… Autre illustration : le secteur de la Défense nationale. Les militaires peinent encore à mesurer l\'apport, considérable, des SHS à l\'analyse de situations ou de blocages particuliers, y compris au sein même de l\'institution qu\'est la Défense. Y recourir les aiderait, par exemple, à comprendre les causes, à saisir les conséquences, et à engager les solutions inhérentes au système, dramatiquement défaillant, des paies des militaires.Il ne faut pas attendre des SHS qu\'elles produisent une réponse experte, immédiate, infaillible aux questions pratiques qui se posent à des dirigeants ; cette responsabilité incombe à d\'autres, aux consultants-spécialistes par exemple. En revanche, elles apportent une \"autre\" façon de réfléchir, de cerner les réalités, d\'imaginer des perspectives. Et complètent fort utilement l\'exercice d\'autres disciplines. Recourir aux professionnels des SHS aurait sans doute permis de mieux comprendre l\'origine et les enjeux d\'une crise économique à l\'examen de laquelle les praticiens spécialisés ont multiplié les défaillances… L\'évolution de la société vers le dogme du chiffre et de la norme a érigé les sciences exactes au sommet des connaissances. Infectée par la doctrine utilitariste, n\'a-t-elle pas, de manière inversement proportionnelle, entraîné les SHS vers le déclin ? Peut-on restaurer leur utilité ?Cette réalité fait partie du problème mais n\'en est pas le cœur. Je préfère insister sur les errements dont certains professionnels des SHS sont eux-mêmes coupables, exposant alors la discipline aux doutes et même aux railleries. Lorsqu\'un professeur de l\'Université Paris Sorbonne - Michel Maffesoli, NDLR - accepte de patronner la thèse de sociologie produite par une astrologue collaboratrice de Télé 7 jours, faut-il s\'étonner que la matière soit disqualifiée aux yeux des scientifiques de disciplines \"dures\", mais aussi du public ? Au-delà d\'un cas aussi extrême, nombre de chercheurs en SHS se sont fourvoyés en politisant leurs travaux, en s\'enfermant dans leurs certitudes, ou en échouant à renouveler et à remettre en question leurs convictions à l\'aune des transformations du monde. Pour autant, ne soyons pas sombre. Bien des chercheurs n\'ont jamais versé dans ces dérives, et bien des décideurs ou responsables - économiques, politiques, d\'entreprise - sont avides de réfléchir autrement et d\'être épaulés, éveillés dans cette exigence grâce à laquelle ils pourront traiter tout aussi autrement des problématiques internes. Lesquelles sont infinies. Dialoguer avec un spécialiste de la laïcité n\'est pas inutile au moment de répondre aux demandes d\'ordre cultuel ou religieux émanant de salariés musulmans, s\'entretenir avec un sociologue reconnu pour ses travaux sur le sens et la reconnaissance du travail peut être précieux avant d\'engager une restructuration ou une nouvelle stratégie managériale, écouter un anthropologue expert du \"genre\" peut contribuer à déployer un discours pertinent et des actes concrets en faveur de la parité hommes - femmes… Des contributions essentielles pour comprendre son monde et le monde, et pour projeter la réalité du premier sur celle du second. Les entreprises ont besoin d\'intégrer à leur comportement et à leur stratégie sinon une compétence sociologique, au moins une sensibilité, une appétence, un intérêt pour les SHS. Sans cette ouverture, comment peuvent-elles imaginer leur monde et s\'imaginer dans le monde ? L\'immense majorité des entreprises, elles-mêmes ligotées au diktat de l\'exactitude, du chiffre et de la traçabilité, se sont ruées pour leurs recrutements vers les filières des sciences exactes. Pourquoi est-il si essentiel, pour leur culture interne et leur management, d\'employer des consultants \"anthropologues\", des experts financiers \"historiens\", des responsables commerciaux \"sociologues\" ?Embaucher un ingénieur diplômé d\'une grande école assure à l\'employeur que la technologie sera maîtrisée et que les conseils seront fiables. Recruter, aux mêmes fonctions, un profil atypique qui a exploré des disciplines a priori lointaines, permettra de porter sur les mêmes problématiques un autre regard. Autre signifiant éventuellement moins expert mais davantage décalé distancié, réflexif, interrogatif, sensible. De tels collaborateurs, s\'ils sont volontaires, élargissent la manière de regarder le fonctionnement de l\'entreprise, le périmètre des postes, les relations avec les clients ou les partenaires, etc. Leur utilité est considérable, et même peut étonner par sa singularité. Nombre de filières des SHS souffrent d\'une faible employabilité. Ainsi seulement 11 % des diplômés d\'histoire pourront enseigner - or il s\'agit là du seul véritable débouché - et 10 % des titulaires d\'un certificat de psychologie exercent en professionnels. D\'autre part, dans la plupart de ces filières, le taux d\'emploi en CDD est anormalement élevé. Est-il possible d\'ajuster cet enseignement aux possibilités d\'emploi sans affecter la masse critique des moyens alloués sans laquelle le potentiel de recherche et de rayonnement de ces filières est condamné ?Ce constat soulève deux grandes interrogations, distinctes selon la nature des filières. Certaines de ces dernières ont vocation à produire de l\'érudition ou de la très grande spécialisation ; elles ne sont pas d\'une utilité immédiate et universelle, mais défendre ces domaines du savoir est essentiel. Il appartient à l\'université et, au-delà, à la puissance publique, de les sauver. Peut-être en décidant de mutualiser les moyens et de rationaliser les lieux d\'enseignement. L\'autre grande famille \"fragilisée\" rassemble des filières qui forment des individus capables d\'exercer ultérieurement dans des métiers extérieurs aux dites filières et donc qui ne les reproduisent pas directement. Un diplômé en philosophie - discipline en difficulté - pourra certes devenir professeur mais aussi exercer son savoir, sa sensibilité, ses compétences au profit d\'autres types d\'employeurs : médias, édition, entreprise, etc. Cette configuration appelle des solutions distinctes. Le déclin relatif des sciences sociales et l\'hégémonie des sciences exactes traduisent-ils le retrait, dans les priorités de la société, de ce qui fait commun aux disciplines des premières : l\'homme ? Reflètent-ils la déshumanisation de la société ?Je ne veux pas souscrire à une telle perspective, quand bien même elle n\'est pas infondée. Prenons le cas du président ou du directeur général d\'un grand groupe en proie à une vague de suicides. Il peut nier l\'idée même d\'un lien entre ces suicides et le fonctionnement de son groupe, ou considérer que la responsabilité incombe aux salariés sclérosés sur leur territoire, rétifs à toute remise en question managériale, incapables de faire leur la modernisation de l\'entreprise ou l\'élaboration d\'une stratégie ambitieuse. Ce dirigeant n\'aura nul besoin de professionnels des SHS pour répondre au fléau. Il peut aussi décider de prendre à bras le corps la question, d\'ausculter objectivement la situation, d\'en dresser l\'origine et les enseignements, d\'en profiter pour investiguer les enjeux de stress, de mobilité ou la façon dont fonctionne le management intermédiaire. Il saura tirer la quintessence des SHS, se pencher sur l\'organisation du travail, sur la pression qu\'exerce ou relaie l\'encadrement, sur le sens du travail, ou sur les politiques de reconnaissance qui pourraient modifier la situation. Alors, quelle entreprise voulons-nous ? La réponse résume l\'ensemble de la problématique. Une partie de la France s\'embourbe dans une mondialisation que les dirigeants peinent à décrypter et à accueillir autrement que par la peur. Cette évolution progresse parallèlement au reflux du rayonnement français dans le débat intellectuel mondial. Est-ce dans l\'appauvrissement intellectuel de l\'élite et du débat politiques que l\'on situe la principale cause ?L\'auscultation de l\'élite politique française pourrait dessiner comme un reflet des particularismes des chercheurs. Cette élite est à la fois éminemment experte et insuffisamment ouverte aux débats d\'idées et à la vie intellectuelle. En ce domaine, les pays étrangers sont sources d\'enseignements. Ainsi, on ne \"comprend\" pas la doctrine puis la politique de Tony Blair sans consulter les travaux du sociologue Anthony Giddens ou des think tanks - notamment Demos - dont il s\'est inspiré et grâce auxquels il parvint à \"matérialiser politiquement\" des concepts éclairés de sciences humaines et sociales. Ainsi des rapports extrêmement savants de plusieurs centaines de pages trouvaient une \"traduction\" simplifiée sous la forme d\'un texte beaucoup plus court, un \"pamphlet\" abondamment et gratuitement distribué aux électeurs. La France manque quantitativement et qualitativement de ces lieux de recherche et de convictions qui croisent des regards, des expériences, et des compétences multiformes dont pourrait profiter la classe politique. Déjà au XIXe siècle, Alexis de Tocqueville distinguait les intellectuels - il disait : les philosophes - français de leurs homologues anglais par leur éloignement des réalités et leur isolement du terrain, qui les poussaient à cultiver une doctrine radicale voire sectaire et révolutionnaire incompatible avec l\'esprit des réformes. En recherche aussi, il n\'y a pas de progrès sans mélange, sans hybridation, et sans confrontation aux réalités. Dans un environnement gangréné par les pseudo-experts qui polluent les plateaux de télévision, transformé par les réseaux sociaux et internet qui donnent à chacun l\'illusion de se sentir important, affaibli par l\'érosion des fondamentaux de l\'apprentissage (lecture, etc.), infecté par la futilité et l\'instantanéité (notamment de l\'information), quelle reconnaissance et quelle légitimité les intellectuels peuvent-ils encore revendiquer ? En premier lieu, il faut avoir le goût du débat public. Et, lorsqu\'on est chercheur, posséder et faire vivre sa capacité et sa volonté d\'aller vers ceux que l\'on veut convaincre. En dépit du cloisonnement fréquent des univers, il n\'est pas difficile pour un chercheur à la fois de qualité et motivé, d\'être reconnu dans son domaine. Il est toutefois exact que la figure de Jean-Paul Sartre, personnage à la fois intellectuel, très public et célèbre au-delà des frontières, s\'est effacée. L\'intellectuel qui \"se mêle de ce que qui ne le regarde pas\" n\'est plus de mode. Celui qui s\'y risque sans disposer des savoirs, des connaissances, de la légitimité est frappé de discrédit. Bernard-Henri Lévy peut illustrer ce point, lui qui fit référence, en 2010, dans son ouvrage-événement De la guerre en philosophie aux travaux du chercheur Jean-Baptiste Botul en réalité fruit de l\'imagination d\'une plume canularesque que le Canard Enchaîné… avait pourtant révélée. Par ailleurs, les problèmes de plagiat ont de tous temps existé et rejaillissent sur la reconnaissance des intellectuels : le plagiat est le crime intellectuel par excellence.Ce qui est difficile pour un chercheur-intellectuel déterminé à participer au débat public, c\'est de faire reconnaître ses travaux à la fois dans son milieu - nécessairement d\'une grande exigence -, au plan international, et dans l\'opinion via les médias. Ces trois terrains ne répondent pas aux mêmes critères de crédibilité ou de visibilité. La reconnaissance des intellectuels souffre d\'un autre fléau : l\'hégémonie du principe de réalité, au nom duquel ce qui n\'est pas concret, appliqué, vérifié, est jugé inutile. Est-il encore possible de juguler cette lame de fond qui affecte bien plus loin : le droit à la réflexion longue et à l\'erreur ? N\'est-il pas tout autant essentiel que les intellectuels travaillent à mettre leur recherche, même fondamentale, davantage en perspective de la réalité ?Qui sont ceux qui hier, aujourd\'hui, demain ont produit, produisent, ou produiront les travaux les plus utiles, les plus essentiels ? Ceux à qui est donné ou qui s\'arrogent le droit à la réflexion longue ? Les espaces de flexibilité et de liberté dont jouissent les enseignants-chercheurs sont nombreux. Une partie de leur évolution de carrière n\'étant pas conditionnée à leur production véritable, certains font le choix de ne pas faire de recherche. D\'autres au contraire exploitent ces vertueuses et plus ou moins confortables conditions (en fait, plutôt moins que plus), et explorent des champs infinis d\'où sortent de lumineuses connaissances. Ceux-là savent profiter d\'un système qui, même dans le cadre de travaux associés à des financements publics ou liés à des appels d\'offre, leur octroie la possibilité de sortir des chemins battus et de s\'aventurer là où bien souvent se niche le meilleur de la recherche. Ce cadre de liberté est la condition absolue de la \"bonne et novatrice\" recherche, particulièrement dans le domaine des sciences humaines et sociales. Dans l\'art, ne sont-ce pas les esprits libres qui ont produit les œuvres les plus belles ? D\'œuvre majeure, il s\'agit avec Le monde d\'hier. Stefan Zweig y fustige d\'ailleurs déjà \"l\'arrogance\" des intellectuels dans la Vienne si prodigieusement artistique et érudite de la fin du XIXème siècle. L\'intellectuel a-t-il, de lui-même, dressé une barrière entre lui et l\'auditoire ?Cette Vienne au tournant du siècle dernier devait être à la fois brillante, tourmentée et insupportable de prétention. Aujourd\'hui encore la figure des intellectuels est protéiforme. Certains sont brillants mais arrogants ou d\'exécrables communicants, d\'autres sont médiocres mais rivalisent de démagogie, brillent sur les plateaux de télévision, ou se comportent comme des divas. Et puis il y a ceux qui, à l\'instar de Paul Ricoeur, sont des esprits, des personnalités, des penseurs, dont \"l\'immensité\" intellectuelle et humaine est indissociable de l\'extraordinaire modestie. Tout intellectuel est empli de responsabilités. La première d\'entre elles, celle qu\'il ne doit jamais corrompre, est de dire la vérité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :