Electronic Arts sera attendu au tournant pour les fêtes de Noël

 |   |  393  mots
À l'occasion de la publication des résultats trimestriels, les dirigeants d'Electronic Arts ont réaffirmé leur stratégie de créer moins de jeux mais « de meilleure qualité », comme leurs best-sellers «FIFA 11 » et « Les Sims 3 ». Electronic Arts confirme aussi son intérêt pour les jeux sur les réseaux sociaux, même si les recettes unitaires sont plus faibles qu'avec des jeux vidéo au scénario élaboré. Le virage a été pris en 2009 avec le rachat de Playfish qui édite plusieurs jeux interactifs (« Pet Society », « Restaurant City »). Mardi, le groupe américain a d'ailleurs annoncé un partenariat de cinq ans avec Facebook pour utiliser son système de paiement en ligne.Electronic Arts mise aussi sur le développement de nouvelles plates-formes comme les tablettes numériques ainsi que les jeux en 3D, le groupe ayant déjà conçu des jeux adaptés au relief, notamment pour la prochaine console portable 3DS de Nintendo.Afin de réduire les coûts de conception des jeux, le directeur général, John Riccitiello a annoncé une nouvelle restructuration pour accélérer la création de postes dans des pays en développement. Le groupe compte déjà 28 % de ses effectifs dans « des implantations à bas coûts ». Il a assuré qu'elle n'aura cependant pas d'impact en termes d'effectifs globaux, qui devraient rester proches de 8.000 employés. Forts contrastesAprès un premier trimestre dans le vert, Electronic Arts a enregistré une perte nette de 201 millions de dollars pour le deuxième trimestre de son exercice fiscal. Certes le numéro deux mondial du jeu vidéo, derrière Activision, a réduit sa perte par rapport à la même période de 2009 (-391 millions). Mais le chiffre d'affaires a chuté de 23 % à 884 millions de dollars... Pour le trimestre en cours, marqué par les fêtes de fin d'année qui dynamisent fortement les ventes de jeux vidéos, le chiffre d'affaires est attendu entre 1,375 et 1,5 milliard de dollars. Des prévisions jugées décevantes par les analystes spécialisés dans le secteur. Les dirigeants du groupe américain assurent détenir une part de marché globale de 18 % depuis le début de l'année avec de forts contrastes entre un marché maussade en Amérique du nord qui n'a pas été compensé par le dynamisme du secteur en Europe. L. P.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :