Sommet pour l'emploi américain

 |   |  312  mots
Après s'être concentré en début de semaine sur l'Afghanistan, le président Barack Obama s'attaque ce jeudi à un problème encore plus épineux au point de vue politique et électoral : l'emploi. Si le plan de relance économique de 787 milliards de dollars a permis, selon les calculs, de réduire le taux de chômage de près de 1 %, la récession a été particulièrement meurtrière en termes d'emplois. Comment, alors que 4,2 millions de postes ont été détruits ces dix derniers mois, que le taux de chômage dépasse les 10 % et que près de 16 millions de personnes sont au chômage outre-Atlantique, stimuler la création de nouveaux postes ? Tel est le défi que doit relever Barack Obama. Défi de taille, puisque les créations ne se décrètent pas? Pas plus dans les services qu'ailleurs. Alors que les experts s'attendaient à une amélioration de l'indice des directeurs d'achats dans ce secteur, c'est une contraction de l'activité qui a eu lieu, selon les indications publiées à quelques heures du sommet. L'indice de novembre s'établit même sous la barre symbolique des 50 %.échanger des idéesBref, si l'activité économique dans son ensemble enregistre une embellie (le PIB a crû de 2,8 % en rythme annuel au troisième trimestre), le spectre de la « jobless recovery », la reprise sans emplois, hante le président américain, tandis que s'ouvre la campagne législative. Le sommet, qui réunit conseillers de la Maison-Blanche, économistes, syndicalistes et patrons d'entreprise, a pour but d'échanger des idées. Elles vont d'un encouragement à l'investissement dans les énergies vertes et les infrastructures à des efforts en matière de reconversion des chômeurs, en passant par des aides aux États et aux municipalités, en vue de dynamiser la création d'emplois dans la santé publique, l'éducation? L. J. B.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :