Faudra-t-il ralentir des marchés qui fonctionnent à la nanoseconde ?

 |   |  272  mots
La crise financière, qui a nourri un besoin de transparence et de régulation, mais aussi le krach éclair survenu aux États-Unis le 6 mai dernier, ont poussé les autorités à se pencher de plus près sur le fonctionnement des marchés boursiers. Et sur ses avancées technologiques. Comment un seul ordre portant sur 75.000 contrats sur l'indice S&P 500 a-t-il pu déstabiliser Wall Street en seulement quelques minutes ? La réponse se trouve pour partie dans son exécution automatique, via un algorithme (formule) qui a réalisé ce programme de vente en seulement vingt minutes. Rendu possible par des outils informatiques de plus en plus performants, le trading algorithmique et à haute fréquence, pour lequel les Bourses ont modernisé leur technologie, modifié leurs tarifs et ouverts leurs centres informatiques à la co-location pour mieux les attirer, suscite désormais l'intérêt des autorités. Les responsables s'interrogent sur les risques posés, notamment lorsqu'il s'agit du bon fonctionnement des marchés. À Washington, où siège la Securities & Exchange Commission (SEC), comme à Bruxelles, on songe à imposer un contrôle des risques plus important pour éviter que la moindre erreur ne contamine le marché. Mais aussi à ralentir le temps : en imposant à tout ordre entré dans le marché par un trader à haute fréquence d'y rester un laps de temps minimum, pour éviter toute manipulation. La SEC a entamé en janvier de l'an dernier une revue en profondeur des marchés actions. La Commission européenne s'attèle à la tâche, avec la révision de la directive Marchés d'instruments financiers (MIF), à l'agenda du premier semestre. C. FR.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :