Free et la 4G : pourquoi la Toile s'emballe

 |   |  767  mots
Alors qu'Orange, SFR et Bouygues Telecom rivalisent d'annonces sur la 4G, c'est le silence radio du côté de Free, qui n'a toujours pas communiqué de date de lancement du très haut débit mobile. « La 4G nous apparaît comme une évolution nécessaire de la 3G, mais pas, à court terme, comme la révolution des débits et des usages promise par certains » estime ainsi Maxime Lombardini, le directeur général d'Iliad, la maison-mère de Free, dans un dossier consacré au très haut débit mobile par l'Arcep, le régulateur des télécoms. « Les débits théoriques élevés ne pourront être atteints en ville qu'au prix d'une densification rendue difficile par les réticences de bon nombre de collectivités à l'installation de nouveaux sites », de nouvelles antennes-relais, fait-il valoir. Une prudence visiblement frustrante pour les supporters de Free, au profil généralement plus technophile que les clients des autres opérateurs, et qui piaffent d'impatience sur la Toile. Au point de prendre leurs rêves pour des réalités ?« Accès demain à la 4G » ... il y a 18 mois déjà Depuis deux jours, les « Freenautes », la communauté très active des abonnés de Free, s'emballent sur l'arrivée prochaine de l'accès à la 4G inclus dans les forfaits de Free Mobile. Tout est parti d'un article d'Univers Freebox, un site spécialisé comme son nom l'indique, citant un lecteur ayant déterré le communiqué de lancement de Free Mobile en janvier 2012 qui précisait que le forfait phare à 19,99 euros incluait l'internet illimité « sur réseau 3G/3G+ et demain 4G. » C'était donc écrit noir sur blanc, il n'y a pas de raison que cela en soit autrement, la 4G sera donc bien comprise dans le forfait, dans la limite d'un « usage raisonnable » de 3Go. Sur ce point aussi, le lecteur d'Univers Freebox extrapole en rappelant que le portail de Free avait écrit par erreur 10 Go de « fair use » le jour du lancement avant de corriger à 3Go le lendemain.... Pour l'instant, Orange et SFR proposent au plus 6Go dans leurs forfaits haut de gamme incluant la 4G (5Go chez Bouygues Telecom) et les forfaits sans engagement de leurs marques low-cost (Sosh, Red, B&You) n'ont pas accès à la 4G. Même si Univers Freebox est resté prudent, la rumeur s'est répandue comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux et les sites de high tech, embrayant sur le thème du « forfait illimité Free mobile bientôt compatible 4G avec 10Go de data. »Quid des smartphones 4G sans subventions ? « Bon, quand est-ce que Free balance la sauce ? » s'impatiente un abonné sur un forum. Les dirigeants de Free, Maxime Lombardini tout comme Xavier Niel, ont raillé les lancements très médiatiques de leurs concurrents, précipités selon eux, « où chacun se proclame leader de la 4G ». Le quatrième entrant concentre ses investissements sur la construction de son réseau 3G (dont la couverture dépasserait 40% de la population) mais déploie un réseau intégré 3G/4G avec son équipementier Nokia Siemens Networks. Toutefois, la bascule n'est pas automatique, il faut des autorisations pour chaque type de fréquence. Sur le terrain, l'opérateur semble avoir discrètement accéléré son déploiement. Selon les derniers chiffres de l'Agence nationale des fréquences (ANFR), Free comptait au 1er mai 563 antennes 4G ayant obtenu une autorisation, contre seulement 14 un mois plus tôt, mais ces dernières seraient les seules en service. En comparaison, Bouygues Telecom, qui aura une couverture nationale (environ 40% de la population) en octobre, avait 651 antennes 4G début mai, dont curieusement aucune en service, SFR 733 (dont 198 actives) et Orange 825 (dont 600 en service). L'ANFR doit publier dans les jours qui viennent ses chiffres au 1er juin qui devraient montrer une nouvelle montée en puissance : on parle de 200 antennes 4G de plus autorisées à émettre chez Free, ce qui le ferait talonner SFR. Mais attention à ces chiffres parfois instrumentalisés par les opérateurs qui ont en fait 18 mois pour mettre en service un site autorisé ! « On souhaite ouvrir la 4G le jour où on est capable d'offrir quelque chose de réel », avait déclaré à la mi-avril Xavier Niel. Et si Free attendait surtout d'avoir concocté une solution pour s'adresser au marché subventionné ? Car sans smartphone compatible 4G (neuf ou très récent, vendu 600 à 700 euros environ sans subvention) ou à défaut une clé pour PC, un accès à la 4G ne servira pas à grand-chose aux clients de Free Mobile....

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :