La FDJ joue gros en remplaçant le Rapido par Amigo

 |   |  483  mots
La Française des Jeux (FDJ) s'attaque à l'un des piliers de son offre, le jeu Rapido. Depuis lundi, quatre régions, le Nord, l'Alsace, l'Aquitaine et Midi-Pyrénées, testent dans 2.000 points de ventes son remplaçant, baptisé Amigo. Le principe du jeu reste le même : des tirages sont présentés sur des écrans de télévision installés dans les cafés. Sa nouvelle version, qui fait appel aux codes esthétiques des années 1970, se veut plus conviviale en proposant aux consommateurs un programme de quizz, d'actualités et de gags vidéo diffusés entre chaque tirage. Sans bénéficier d'aucune publicité depuis son lancement en 1990, Rapido a représenté jusqu'à un quart du chiffre d'affaires de l'opérateur en 2007, avant d'être victime de l'interdiction de fumer dans les cafés. En l'espace de trois ans, les mises ont fondu de 30 %. Le Rapido n'apporte plus que 15 % de l'activité de la FDJ. Mais, avec 1,7 milliard d'euros de ventes en 2009, il reste le plus important jeu de l'opérateur, au coude à coude avec le Loto. L'objectif de son successeur, Amigo, est d'enrayer la chute d'activité et renouer avec une croissance de 3 % à 4 % d'ici un an. Son second défi sera de contribuer à changer l'image des cafés et d'inciter une nouvelle clientèle à les fréquenter, « qu'ils soient joueurs ou non joueurs ». La santé des détaillants en dépend. « Internet, c'est bien [la FDJ vise 1 milliard de chiffre d'affaires en ligne, Ndlr]. Mais 90 % de notre activité provient de notre réseau de 36.500 détaillants », rappelle Christophe Blanchard-Dignac, le président de la FDJ. Ces derniers ont besoin d'être soutenus car ils ont souvent perdu entre 20 % et 30 % de leur activité depuis l'interdiction du tabac dans les lieux publics. L'impact est sans appel. « Sur les 10.000 points de ventes du Rapido, nous constatons 500 cessations d'activité par an », souligne le dirigeant. Prudence de miseCompte tenu des enjeux liés au lancement d'Amigo, la FDJ a opté pour la prudence. Depuis lundi, Amigo, le remplaçant du Rapido, est disponible dans quatre régions qui totalisent environ 20 % de l'activité actuelle du Rapido. En mai 2011, un premier bilan sera réalisé et, si nécessaire, des ajustements et des adaptations seront apportés, prévient le président de la FDJ. À cette occasion, il compte poursuivre le mode opérationnel qui a été retenu pour la conception du jeu : la concertation avec ses clients et ses distributeurs. Pour concevoir Amigo, en effet, près de 1.200 entretiens ont été menés durant deux ans. Le déploiement dans les autres régions aura lieu à compter de novembre 2011 et la totalité des points de ventes Rapido sera passée aux couleurs d'Amigo début 2012. Sans attendre, les équipes de la FDJ enchaînent le 11 octobre avec la présentation de la nouvelle version du jeu de grattage Black Jack. Héléna Dupuy, à Lille

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :