Les Verts offensifs pour les élections régionales

 |   |  426  mots
Cécile Duflot « se prépare ». La chef de file d'Europe Écologie en Île-de-France se voit déjà présider la région capitale à l'issue des élections des 14 et 21 mars. Elle a souligné mardi sur Europe 1 que ses listes ne comprenaient « pas seulement les Verts » et qu'il n'y avait donc pas de contradiction à se présenter contre le président socialiste sortant Jean-Paul Huchon, avec lequel les Verts ont gouverné depuis 2004. Avant de rappeler que les listes écologistes avaient vocation à « fusionner » avec les listes PS au second tour des régionales.Même si Jean-Paul Huchon a appelé mardi à éviter « les mots qui blessent », la tension monte entre les anciens partenaires. Le directeur de campagne de Cécile Duflot, Jean-Vincent Placé, a dénoncé les propos « préoccupants, voire inquiétants » tenus par Anne Hidalgo ce week-end dans « Le Parisien ». La première adjointe du maire de Paris avait expliqué que l'objectif du PS aux régionales était « d'être devant les Verts » et avait fustigé « l'agressivité obsessionnelle » des Verts vis-à-vis du PS.Les écologistes estiment avoir le vent en poupe à l'approche des régionales et ce, d'autant plus que l'échec du sommet de Copenhague et le rejet de la taxe carbone dans sa première version, à la suite de la censure du Conseil constitutionnel, permettent à leurs yeux de souligner les carences des responsables politiques traditionnels en matière d'environnement.listes autonomesAdossés à leur score record des européennes de juin 2009, où ils ont talonné le PS, les Verts ont décidé, dans leur immense majorité, de constituer des listes autonomes dans toutes les régions. En Poitou-Charentes, un élu vert, Alain Bucherie, a été suspendu par son parti pour avoir répondu à l'appel de Ségolène Royal, qui a appelé à une union sacrée dès le premier tour. Il a expliqué que cette éviction s'expliquait « par l'ambition de Cécile Duflot, qui tient absolument à être la candidate écolo de 2012 et à flinguer Ségolène d'ici l࠻. « C'est de la paranoïa politique », a répliqué Cécile Duflot, en rappelant que, dans la région dirigée par l'ex-candidate PS à la présidentielle de 2007, les Verts avaient « voté à 94 % en faveur d'une liste » autonome.Reste que la percée de la secrétaire nationale des Verts commence à irriter à gauche. En témoigne la polémique lancée sur ses vacances de Noël aux Maldives, où elle est allée en avion. « On ne peut pas y aller en pédalo », a-t-elle répliqué, piquée au vif. Hélène Fontanaud

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :