Succès de l'émission européenne destinée à aider l'Irlande

 |   |  448  mots
Alors que les Trésors européens font leur retour sur les marchés, la Commission européenne a rencontré mercredi un grand succès lors du placement de 5 milliards d'euros d'obligations à 5 ans destinées à financer l'aide à l'Irlande. Mené par l'institution pour le compte de l'Union européenne dans le cadre des 22,5 milliards d'euros qu'elle fournira à Dublin, le placement noté « AAA » a totalisé plus de 19 milliards d'euros d'ordres, ce qui a permis de fixer le rendement concédé dans le bas de la fourchette annoncée avant l'émission. Le papier a ainsi été émis à un taux moyen de 12 points de base au-dessus des swaps de référence, soit un taux d'environ 2,57 %. Un niveau toutefois sensiblement supérieur à celui des grands pays AAA de la zone euro, qui traduit la prime à la nouveauté exigée par les investisseurs et la mutualisation des qualités de signature.Évoluant en sens inverse des prix, le taux à 5 ans de la France augmentait ce mercredi de 5 points de base, à 2,14 %, tandis que celui de l'Allemagne progressait de 7 points de base, à 1,86 %. À l'occasion de son premier placement à long terme de l'année, Berlin a émis ce mercredi 3,9 milliards d'euros d'obligations à 10 ans. Conclue à un taux de 2,87 % légèrement inférieur à celui en vigueur sur le marché secondaire, l'opération a attiré plus de 6 milliards d'euros d'ordre correspondant à un taux de couverture de 1,6, le plus élevé depuis le 15 septembre dernier.Succès du test En ce début d'année particulièrement incertain quant à l'évolution des taux souverains en Europe, les investisseurs ont semblé soucieux de sécuriser du rendement et ont accueilli relativement favorablement l'émission à court terme du Portugal. Alors que le pays doit émettre environ 18 milliards d'euros de dette à long terme cette année, les 500 millions d'euros de titres à 6 mois adjugés mercredi par Lisbonne ont été écoulés à un taux de 3,68 % très nettement supérieur aux 2,04 % concédés en septembre. Près de 9 fois supérieure à celle payée par l'Allemagne, cette rémunération a attiré une solide demande de plus de 1,3 milliard d'euros. Le succès de ce test s'est traduit par une légère surperformance des titres « périphériques ». Alors que les taux à 10 ans allemand et français grimpaient de 5 points de base, à 2,94 % et 3,33 %, dans le sillage des taux américains après les bonnes statistiques de l'emploi aux États-Unis, le taux portugais progressait en fin de journée de 4 points de base, à 6,18 %. Le taux irlandais augmentait de 3 points, à 9,01 %, tandis que le taux grec restait stable à 12,59 %. Le taux espagnol se démarquait en cédant 1 point, à 5,30 %, alors que le vice-Premier ministre chinois Li Keqiang a promis d'augmenter les achats d'obligations d'État espagnoles.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :