À quoi vont servir les 150 millions d'euros injectés indirec...

 |   |  215  mots
À quoi vont servir les 150 millions d'euros injectés indirectement dans Vilmorin par le Fonds stratégique d'investissement (FSI) ? L'opération, effectuée en mars via la coopérative Limagrain, actionnaire à 71 % du semencier, a permis à sa maison mère de garder sa participation malgré l'augmentation de capital de 200 millions d'euros lancée par Vilmorin. Trois objectifs ont été annoncés : croître dans les semences potagères en Asie, accélérer les innovations en maïs et élargir hors d'Europe sa position de numéro un du blé. Les investissements annoncés aux États-Unis servent ce troisième axe. Mais ils restent modestes. Alors, pourquoi un apport aussi généreux du FSI ? « Dans un secteur en consolidation, nous avions besoin de marge de manoeuvre financière face à nos trois grands concurrents [Monsanto, Dupont et Syngenta, Ndlr]. Mais il s'agit aussi d'opportunisme de la part de Limagrain », admet Adrian Huige, directeur général délégué de Vilmorin. Quant à réaliser une grosse acquisition, « il y a peu de cibles dans les pays qui nous intéressent [Asie, Amérique du Sud] et les prix de rachat ont fortement augment頻, dit-il. En Turquie, Clause, filiale de Vilmorin, a acquis en décembre 51 % du distributeur de semences Su Tarim (3,5 millions d'euros de ventes). A. T.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :