Quel avenir pour Nyse Euronext ?

 |   |  725  mots
Nyse Euronext va de Charybde en Scylla. La maison-mère des Bourses de Paris, New York, Bruxelles, Amsterdam et Lisbonne a publié vendredi une chute de 20% de son bénéfice net, au titre du deuxième trimestre, à 128 millions de dollars. Introductions en Bourse au compte-goutte, multiplication des retraits de la cote, prudence des investisseurs à l\'égard des produits boursiers... Depuis l\'exacerbation de la crise de la zone euro, il y a tout juste un an, l\'environnement est des plus défavorables pour les entreprises de marché, déjà confrontées depuis cinq ans à la montée en puissance d\'opérateurs low-cost, comme la Bourse Chi-X.Des projets de croissance externe tombés à l\'eauAu-delà de cette contre-performance opérationnelle, la première partie de l\'année a été riche en déconvenues stratégiques, pour Nyse Euronext. Dernière en date : l\'avortement de ses velléités de rachat du London Metal Exchange (LME), raflé par la Bourse de Singapour. Quelques mois plus tôt, Nyse Euronext s\'était fait souffler la chambre de compensation LCH (sécurisation des opérations boursières) par son grand rival, le LSE (London Stock Exchange). Surtout, en février, son projet de méga-fusion à 7,4 milliards de dollars avec Deutsche Börse avait été retoqué par les autorités de la concurrence européennes.Priorité à la compensationOr ce rapprochement devait permettre à Nyse Euronext de mieux résister à des volumes d\'échanges en berne sur les marchés, via une plus grande diversification de ses métiers. En particulier dans la compensation, une activité qui a le vent en poupe depuis le début de la crise financière, puisqu\'elle sécurise les opérations boursières entre acheteurs et vendeurs, en prenant en charge le risque de contrepartie. Qu\'à cela ne tienne, Nyse Euronext a ressorti des cartons son propre projet de chambre de compensation sur les produits dérivés, annoncé en 2010 puis mis de côté durant sa tentative de rapprochement avec Deutsche Börse.Ainsi, à partir du premier trimestre 2014, la compensation des dérivés négociés en Europe Continentale ne sera plus effectuée par LCH, mais par une filiale de Nyse Euronext basée à Londres. Une stratégie prometteuse, les nouvelles réglementations européenne et américaine obligeant les intervenants sur le marché des dérivés de gré à gré à sécuriser leurs échanges par l\'intermédiaire de chambres de compensation.Des revenus récurrentsAutre relais de croissance, pour Nyse Euronext : les technologies. En février, la maison-mère de la Bourse de Paris a racheté près du quart de Fixnetix, une société britannique spécialisée dans le trading (courtage) ultrarapide. L\'objectif : renforcer sa filiale Nyse Technologies, qui a l\'avantage d\'apporter au groupe des revenus récurrents. De fait, le chiffre d\'affaires de la division Services d\'informations et solutions technologiques a diminué de 2% seulement, au deuxième trimestre, à 119 millions de dollars, alors que les revenus tirés des marchés au comptant (actions, obligations) ont chuté de 8%, à 300 millions.Une fiscalité alourdieMais Nyse Euronext pourra-t-elle indéfiniment faire cavalier seul ? Certains experts en doutent. Il faut dire que bien des nuages planent sur la Bourse de Paris. Le 1er août est entrée en application la taxe sur les transactions financières, qui consiste à imposer à hauteur de 0,2% les achats d\'actions de sociétés basées dans l\'Hexagone et dont la capitalisation boursière est supérieure à un milliard d\'euros. Pas de quoi inciter les investisseurs à revenir vers la Bourse de Paris. D\'autant moins qu\'à cette mesure va s\'ajouter la taxe sur les dividendes. Payée par les entreprises françaises, elle risque de pousser ces dernières à réduire la rémunération de leurs actionnaires et, partant, à faire fuir les investisseurs vers des valeurs étrangères.Par ailleurs, le projet d\'une Bourse des PME françaises ayant accouché d\'une souris, début juillet, il est très probable que le LSE s\'engouffre dans la brèche, en exportant l\'an prochain une solution calquée sur l\'AIM (Alternative Invesment Market), le marché anglais dédié aux PME. Ce qui mettrait fin au monopole de Nyse Euronext sur ce créneau.  

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :