Yann Caillère, un solide numéro deux pour Accor

 |   |  559  mots
Nous ne serons pas trop de deux », avait expliqué Gilles Pélisson, le président du groupe Accor, à la fin du mois d'août, lorsqu'il avait annoncé que Yann Caillère le seconderait désormais au poste de directeur général délégué, en charge de la zone Europe, Moyen-Orient, Afrique, de Sofitel à travers le monde et de la conception et de la construction du groupe. Ce tandem succède à celui que formait Gilles Pélisson et Jacques Stern avant la scission d'Accor en deux entités distinctes. Il est de nature très différente. Jacques Stern avait une sensibilité plutôt financière qui l'a conduit a prendre la direction d'Endered, l'ancienne branche Titres services d'Accor. Yann Caillère apporte un profil différent plus orienté sur l'opérationnel. « L'organisation reflète une nouvelle phase dans la vie de l'entreprise », résume le directeur général d'Accor. Et ce n'est pas pour lui déplaire. « Je vais pouvoir donner le maximum », se réjouit le dirigeant. En résumé, il identifie deux axes : optimiser l'existant, notamment en accélérant le développement de la franchise à travers les différentes enseignes du groupe hôtelier, et se développer en partant à la conquête de nouveaux marchés. Mais le binôme qui arrive à la direction d'Accor s'annonce soudé. Interrogés séparément, les deux hommes expliquent d'une même voix que leur relation est fondée sur la complicité et la confiance qui permettent d'échanger et de partager beaucoup de choses. « Il n'y a pas l'épaisseur d'une feuille de papier à cigarette entre nous deux », s'amuse Gilles Pélisson. « On se connaît tellement bien que l'on a pas besoin de se réunir tous les matins pour définir ce que nous allons faire. Nous avons la même vision stratégique », précise Yann Caillère. Un bras droit « très fort »Les deux hommes se connaissent de longue date. Ils ont passé ensemble cinq années intenses chez Euro Disney. En 1995, Yann Caillère était directeur général de l'hôtellerie de luxe et des conventions au sein de Disneyland Resort Paris. Puis il est devenu successivement vice-président de la division hôtelière, directeur général délégué en charge des opérations et directeur général du site. À l'époque, il était déjà un bras droit « très fort » de Gilles Pélisson, alors président d'Euro Disney. De cette période, Yann Caillère retient une ouverture sur l'international.Les carrières des deux hommes ont ensuite pris des chemins différents mais ils sont toujours restés en contact. Yann Caillèrere est parti prendre la direction du groupe du Louvre, le principal concurrent du groupe Accor en France. Il a acquis une fine connaissance de la franchise et de l'hôtellerie de luxe qu'il utilise désormais chez Accor. Lorsque Gilles Pélisson est revenu en 2006 chez Accor, l'une des ses premières décision a été d'appeler Yann Caillère à ses côtés en tant que directeur général de l'hôtellerie en France. Ses responsabilités se sont élargies au fil des ans jusqu'à cette nomination à la direction générale qui est donc l'aboutissement d'une longue histoire d'amitié. Héléna Dupuy

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :