L'automobile américaine prévoit une embellie

Tout un symbole. En enregistrant l'an dernier sa pire performance depuis vingt-sept ans, le marché automobile américain s'est fait largement doubler par celui de la Chine. Avec? 2,5 millions de véhicules d'écart (selon des calculs provisoires) ! À 10,3 millions d'unités (? 21,4 %), les ventes de voitures neuves aux États-Unis ont été inférieures de plus d'un tiers à leur niveau moyen entre 2000 et 2007. Et ce, malgré un redressement sur les derniers mois de 2009, consécutif notamment à la prime à la casse.Les ventes de « light trucks » (4×4, pick-up, monospaces) ont plongé de 24 %, celles des voitures proprement dites de 19 %. La production elle-même s'est effondrée encore plus lourdement que les ventes (? 35 % sur onze mois). Le Canada a fait à peine mieux que celui des États-Unis voisins avec une chute de 10,7 % du marché l'an passé.Les immatriculations aux États-Unis devraient certes retrouver des couleurs en 2010, avec un marché prévu entre 11 et 12 millions par General Motors (GM), de 11,5 à 12,5 millions par Ford. Mais on sera quand même loin des 13,2 millions de 2008, un millésime pourtant déjà exécrable, puisque le plus mauvais en seize ans.Dans ce contexte, Ford a incontestablement tiré son épingle du jeu l'an passé, reculant moins que le marché et ses? compatriotes. La firme de Dearborn a même accru d'un tiers ses volumes en décembre. Son Full Size pick-up F est resté en 2009 le modèle le plus vendu aux États-Unis. Signe de l'attachement des Américains, malgré tout, à leurs bons gros modèles. La berline Ford Fusion a progressé de 22 %, le petit 4×4 Escape de 10,5 %. À noter que 10 % des ventes d'Escape sont générées par la version hybride. Le constructeur a en effet modernisé une bonne partie de sa gamme bien avant ses plus proches rivaux, tout en présentant des moteurs plus sobres. GM et Chrysler ont en revanche poursuivi leur longue descente aux enfers.les européens limitent la casseLes japonais Toyota, Honda et Nissan ont fléchi en 2009 un peu moins que le marché. Du côté des européens, le groupe Volkswagen a limité la casse (? 4,7 %). Mais sa présence reste faible outre-Atlantique. Les marques allemandes spécialistes du haut de gamme ont globalement reculé comme le marché, Mercedes et BMW un peu moins, Porsche davantage. Seul parmi les grands groupes, le coréen Hyundai (avec sa marque Kia) a progressé (+ 10,3 %).Pris ensemble, les « Big Three » de Detroit ne détiennent plus désormais que 45 % de leur marché intérieur (48,7 % il y a un an). De leur côté, les japonais ont pour la première fois dépassé la barre des 40 %. Les européens s'octroient un peu plus de 8 % du gâteau américain, les coréens 6 % (non compris les importations de véhicules GM Daewoo).

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.