La « nouvelle affaire d'État française »

 |  | 275 mots
La semaine dernière, l'hebdomadaire britannique « The Economist » parlait encore à propos de « the Bettencourt affair » d'une « fable extraordinaire qui a tous les ingrédients d'un soap opera hollywoodien ». « Sarkozy n'ose pas - pas encore du moins - faire un exemple de Woerth, de peur de saper sa réforme étendard des retraites, c'est en effet un test crucial sur sa capacité à moderniser la France », concluait l'hebdomadaire des milieux d'affaires. Depuis, les médias étrangers consacrent de longues pages à « la nouvelle affaire d'État française », à l'instar de l'hebdomadaire allemand « Der Spiegel » qui y voit « le projet le plus important de Sarkozy, la réforme des retraites, menac頻. Le quotidien suisse « Le Temps » constate lui aussi que « le bilan présidentiel semble ainsi devoir se résumer à la seule réforme des retraites, urgente et nécessaire mais qui pourrait bien sombrer avec son artisan, Éric Woerth ».« Tangenti (pots-de-vin) pour la campagne électorale?: Sarkozy se défend en parlant de calomnie », titrait mardi après-midi le plus grand quotidien italien, « Corriere della Sera », sur son site Internet, dans une allusion au scandale de corruption politique Tangentopoli qui coula la droite italienne au début des années 1990. Son correspondant à Paris et biographe, Massimo Nava, remarque dans un article titré « Sarkozy assiégé et décevant » qu'en Italie, malgré « les scandales et le mécontentement populaire », « la popularité du président du Conseil Silvio Berlusconi n'est pas substantiellement menacée ». Plus généralement, depuis l'accusation de financement électoral illégal, l'affaire Bettencourt a pris, dans la presse étrangère un tour politique. Le « Financial Times » indique, lui, que « Sarkozy est aspiré par l'affaire Bettencourt ».Service International

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :