Déficitaire en Europe, Ford multiplie les nouveaux modèles à vocation mondiale

 |   |  815  mots
La situation de Ford en Europe est très mauvaise. Pourtant, malgré de lourdes pertes sur le Vieux continent, le constructeur américain annonce ce jeudi une kyrielle de nouvaux modèles à... vocation mondiale. Un vrai festival pour le groupe américain, qui décline sa stratégie de produits \"globaux\" destinés à être diffusés sous la même forme des deux côtés de l\'Atlantique, voire en Amérique du sud, en Inde ou en Chine ! Pas moins de quinze nouveaux modèles sont prévus sur l\'Ancien continent dans les cinq prochaines années. Et ce, alors que même Fiat ne fait que reporter ses projets de nouveaux modèles et que PSA réduit ses investissements. Ford MondeoFord va tout d\'abord démarrer dans deux mois environ la production sur son site espagnol de Valence du 4x4 compact Kuga II, commercialisé début 2013. Ce véhicule est déjà produit sous le nom d\'Escape dans le Kentucky, aux Etats-Unis, sous la même forme, pour le marché d\'outre-Atlantique. Même chose pour la future familiale Mondeo, qui sera fabriquée à Genk, en Belgique, et lancée à  la rentrée 2013. Cette berline, également disponible en break et en version hybride, est déjà assemblée sous le nom de Fusion dans l\'Etat de l\'Indiana et au Mexique pour le marché américain, là aussi, sous une carrosserie parfaitement similaire. La Chine fera également le même véhicule. \"Le marché européen peut être porteur d\'une croissance rentable, mais ce potentiel est pour l\'instant occulté par la crise économique, a souligné ce jeudi le PDG de Ford Europe, Stephen Odell. Selon les prévisions, le marché européen des voitures particulières et utilitaires - Russie comprise - devrait progresser de 20 % dans les cinq ans pour atteindre 23 millions de véhicules\".Ford Transit4x4 et utilitaires mondialisésMais Ford ne s\'arrêtera pas là. Il annonce également la commercialisation dans les dix-huit mois en Europe de son mini 4x4, l\'Ecosport, destiné intialement à une production dans les pays émergents, en Inde et au Brésil Un véhicule développé en Amérique du sud sur la base d\'une petite Fiesta européenne. Ce modèle pourrait aussi être vendu aux Etats-Unis. Un gros 4x4 de luxe, l\'Edge, un véhicule jusqu\'ici uniquement réservé à l\'Amérique du nord, sera également  désormais commercialisé en Europe. il est vrai que la prochaine mouture de ce produit reprendra la base des... Mondeo-Fusion, mondialisation oblige. Enfin, symboliquement, la célèbre Mustang, la sportive américaine née en 1964, arrivra également en Europe, dans sa prochaine version.Même \"globalisation\" pour  les utilitaires. En 2013, sera fabriqué un tout nouveau fourgon  qui, pour la première fois, sera identique des deux côtés de l\'Océan atlantique. Il remplacera aux Etats-Unis l\'inoxydable Econoline. La version européenne devrait être assemblée en Turquie et en Grande-Bretagne. Quant à l\'utilitaire léger Connect, également monté en Turquie et prévu aussi pour l\'an prochain, il est appelé de la même manière à une diffusion aux States. Un vrai feu d\'artifice.Ford ConnectFord EcoSportConjurer la criseLe constructeur automobile américain veut donc conjurer la crise. Car crise il y a... La firme de Deraborn avait annoncé fin juillet des résultats en forte baisse au deuxième trimestre. A cause de l\'Europe ! Le groupe prévoyait carrément plus... d\'un milliard de dollars de pertes sur le Vieux continent sur l\'année, ce qui fait craindre une restructuration majeure de ses activités. \"Il s\'agit vraiment d\'un problème structurel et non cyclique\", avait souligné le PDG du consortium, Alan Mullaly.\"Nous n\'allons pas être sauvés par une remontée des volumes\" de ventes, qui vont rester durablement plus bas que par le passé, soulignait le patron du groupe américain, faisant état, comme les autres dirigeants du secteur, d\'une \"surcapacité\" de production sur le Vieux Continent. Le numéro deux américain de l\'automobile avait indiqué à la mi-juillet que ses ventes avaient chuté de 19 % au premier semestre en Europe, où il emploie 66.000 personnes, principalement en Allemagne. La firme est implantée industriellement  outre-Rhin, mais aussi en Belgique, outre-Manche et en Espagne ainsi qu\'en Roumanie et en Turquie, qui livre le marché européen. Alan Mullaly avait certes éludé toutes les questions sur d\'éventuelles fermetures d\'usines ou licenciements, mais avait insisté sur le fait que le succès du redressement aux Etats-Unis était dû à \"l\'implication de toutes les parties prenantes, y compris les syndicats\", et qu\'il comptait faire de même en Europe. \"Le pire serait de continuer à perdre de l\'argent et de faire faire faillite\". A bon entendeur...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :