Paris : Hidalgo négocie le soutien des promoteurs pour son programme logement

 |   |  568  mots
trong>Nexity, Bouygues, Vinci, Cogedim… les grands noms de la promotion immobilière étaient convoqués ce jeudi par Anne Hidalgo au Musée social à Paris afin de discuter de l\'alimentation de l\'offre de logements pour les classes moyennes et les jeunes actifs parisiens.La candidate socialiste assure qu\'en cas de victoire aux élections municipales de mars prochain, elle fera mettre sur le marché locatif 10.000 logements par an, prioritairement destinés aux classes moyennes, c\'est-à-dire à des niveaux de loyers d\'entre 13 et 20 euros le mètre carré.Mais ne pouvant pas assumer seule une telle production susceptible de concerner un Parisien sur deux, elle a besoin du soutien du secteur privé. C\'est pourquoi la candidate a proposé un \"pacte de confiance\" où la mairie s\'engage à apporter du foncier bon marché aux promoteurs et à sécuriser les propriétaires, en contrepartie de loyers modérés.Révision du Plan local d\'urbanisme (PLU) pour transformer les bureaux en logementsAnne Hidalgo prévoit d\'engager une révision générale du plan local d\'urbanisme (PLU) parisien qui lui permettra de densifier, grâce à l\'assouplissement de certaines normes comme celles qui concernent les parkings, ainsi que de transformer des bureaux en logements (entre 1.000 et 2.000 bureaux par an pourraient être transformables en habitations dans la capitale à horizon 2030).La mairie de Paris s\'appuiera également sur les cessions de terrains appartenant à l\'État, comme cela a déjà été le cas pour la caserne de Reuilly, dans le douzième arrondissement.Une fois tout ce foncier mobilisé, de nouveaux montages financiers vont être expérimentés avec les promoteurs pour faire diminuer leur prix de revient, qu\'ils s\'engageraient à répercuter sur les loyers. La technique des baux emphytéotiques qui dissocient le foncier du bâti devrait être notamment expérimentée en cas d\'élection d\'Anne Hidalgo.Remettre sur le marché les logements vacantsAutre gisement important, les 140.000 à 200.000 logements vacants répertoriés à Paris vont être mobilisés. Pour en remettre le maximum sur le marché, la candidate socialiste propose de créer une agence nommée \"Multiloc\" associant le public et le privé.Elle sera \"chargée de remettre sur le marché des logements vacants, à destination des classes moyennes et des jeunes actifs, en sécurisant la situation des propriétaires et le droits des locataires\", indique Anne Hidalgo.Ce, par des garanties en cas de dégradations ou d\'impayés de loyers, qui viendront compléter la garantie universelle des loyers (GUL) de Cécile Duflot quand celle-ci sera appliquée. En échange à ces nouvelles garanties, les propriétaires bailleurs devront également louer à des niveaux de loyers \"intermédiaires\". Une politique incohérente avec celle des 12 années précédentes ?En réaction à ces propositions, Valérie Montandon, la porte-parole de Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate UMP à la mairie de Paris, a jugé que le \"pacte logement pour tous\" d\'Anne Hidalgo démontrait \"l\'incohérence entre le bilan de la 1ère adjointe (du maire socialiste Bertrand Delanoë ndlr) et les promesses de la candidate\". \"Pendant 12 ans, aucun logement intermédiaire n\'a été construit à Paris. Pire, 16.000 logements intermédiaires ont été conventionnés en logements sociaux (...) Défiée sur le thème du logement par les Parisiens mécontents, Anne Hidalgo découvre la nécessité de financer des logements intermédiaires\".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :