Le Club de Liverpool vendu au propriétaire de l'équipe de base-ball Red Sox

 |   |  426  mots
La saga autour du club de football de Liverpool semble approcher son dénouement, mais dans un chaos incroyable. Son conseil d'administration a annoncé ce mercredi avoir accepté une offre d'achat de 300 millions de livres (350 millions d'euros) par New England Sports Ventures (NESV), le propriétaire des Red Sox, l'équipe de base-ball de Boston. Mais les actuels propriétaires américains de Liverpool FC, Tom Hicks et George Gillett, s'opposent à cette vente et ont lancé une requête judiciaire pour la bloquer. Le tout se déroule alors que l'équipe a le couteau sous la gorge : elle tombera aux mains de sa banque, Royal Bank of Scotland, si elle ne rembourse pas son emprunt avant le 15 octobre.Les difficultés de Liverpool remontent à 2007. À l'époque, les deux entrepreneurs américains Tom Hicks et George Gillett achètent l'équipe pour un peu plus de 200 millions de livres (230 millions d'euros), en empruntant entièrement la somme. Rapidement, ils rencontrent de sérieuses difficultés. D'abord, les fans se retournent contre eux quand ils s'aperçoivent que leur promesse de construire un plus grand stade ne se matérialiserait pas. Puis, les résultats n'étant pas au rendez-vous, et la crise aidant, Tom Hicks et George Gillett se retrouvent incapables de rembourser leur dette.En minoritéEn avril dernier, les banques Royal Bank of Scotland - qui porte les trois quarts du prêt - et Wachovia ont accepté d'accorder un sursis, à deux conditions : d'une part, mettre le club en vente ; d'autre part, remanier le conseil d'administration, pour que les propriétaires n'aient que deux des cinq sièges. Tom Hicks et George Gillett sont donc en minorité dans leur propre club.Mardi, le conseil d'administration du club s'est réuni pour discuter de deux offres reçues : l'une de NESV, l'autre venant d'Asie (sans plus de précision). Mais les deux propriétaires estimaient que l'offre de 300 millions de livres (350 millions d'euros) n'était pas suffisante, puisqu'ils se retrouvaient débiteurs de 150 millions, remboursant simplement leur dette. L'offre « sous évalue dramatiquement » le club, affirment-ils dans un communiqué. Ils ont alors lancé une dernière tentative pour bloquer l'acquisition, demandant à changer deux des membres du conseil d'administration, pour y mettre des gens qui leur sont proches (dont le fils de Tom Hicks).Le conseil d'administration a refusé et l'affaire va maintenant être résolue en justice. Martin Broughton, le président de Liverpool FC, nommé en avril pour mener la vente à bien, estime cependant que l'affaire devrait être conclue « d'ici une semaine ». Éric Albert, à Londre

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :