Pour la presse étrangère, le rapport Gallois met François Hollande au pied du mur

 |  | 626 mots
Lecture 3 min.
L’élection américaine n’a pas tout à fait éclipsé le rapport Gallois dans la presse étrangère. Chez nos voisins, certains médias s\'y sont intéressés de près. Partout un constat similaire se dessine : ces propositions “chocs” ne seront pas – ou peu – suivies par le gouvernement, et révèlent le dilemme dans lequel se trouve actuellement l’équipe Hollande. • Etats-Unis : “La France tente de mettre un terme à son déclin industriel“ (Wall Street Journal)Pour le quotidien financier américain, François Hollande se retrouve face à un dilemme : “Comment réduire le coût du travail sans entamer le pouvoir d’achat des ménages, avec la consommation intérieur comme le principal moteur de la croissance Française. “ Ce qui lui laisserait peu d’options. “Son gouvernement a déjà pris ses distances avec les recommandations de [Louis] Gallois“, note en outre Gabriele Parussini, correspondant du WSJ à Paris.• Suisse : “L’Elysée piégé par le rapport Gallois“ (Le Temps)“Mais à peine remis le rapport Gallois sur la compétitivité pourrait bien se refermer comme un piège sur l’Elysée“, juge le quotidien suisse le Temps. Selon lui ces soixante pages se révèlent “embarrassantes“, notamment parce que cette “thérapie de choc ressemble fort à celle prônée par le patronat et par l’UMP“. Et de rappeler qu’une baisse des charges répercutée par une ponction supplémentaire pour les ménages, déjà largement mis à contribution avec les hausses d’impôts du dernier budget, est \"difficilement imaginable“. Aussi, la “pédagogie du plan de relance“ que doit tenter de faire Jean-Marc Ayrault au journal télévisé de 20 heures sur TF1 ce mardi soir est jugée d’autant plus cruciale que l’action de l’exécutif Français est critiquée pour “son manque de visibilité à long terme“.• Allemagne : \"thérapie de choc\" et \"modèle allemand\" (Spiegel, Die Welt)Le Spiegel note que le “traitement radical“ recommandé par Louis Gallois ressemble aux réformes menées en Allemagne au début des années 2000 par Peter Hartz, ancien directeur de Volkswagen, sous le mandat du chancelier Gerhard Schröder. Le magazine doute cependant que le gouvernement applique ce remède au chômage élevé et à l’affaiblissement de la compétitivité préconisé par l’ancien patron d’EADS. “Les points clés du rapport Gallois étaient déjà été enterrés avant même d’être annoncés publiquement“, est-il ainsi écrit. Pour le Spiegel, le “modèle“ Schröder pourrait surtout décourager François Hollande. L’ancien chancelier avait en effet “lié son avenir politique“ aux réformes, mais avait été désavoué par son propre camp, et rapidement “envoyé à la retraite par les électeurs“ en 2005, rappelle le magazine allemand.De son côté, Die Welt utilise les mêmes termes pour décrire les propositions de Louis Gallois. Et là aussi, le doute est de mise sur leur application. • Italie: Un rapport \"mort-né\" (Il Sole 24 Ore)Pour le quotidien italien Il Sole 24 Ore, le rapport est “mort-né“, ou du moins, très affaibli. “Mais cela ne signifie pas pour autant que le gouvernement ne bouge pas“, est-il écrit. Et de rappeler le séminaire gouvernemental de ce mardi à l’issue duquel des baisses de cotisation sociale pourraient être annoncées ainsi qu’une éventuelle hausse de la TVA, contestée politiquement à gauche. • Espagne : des mesures calquées sur les désirs des entrepreneurs?En Espagne, le quotidien El Pais et le journal financier El Economista rappelle que certaines mesures présentes dans le rapport Gallois reprennent l’appel des 98 entrepreneurs du CAC 40 qui avaient demandé à François Hollande un “choc de compétitivité“.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :