Le libéralisme dans tous ses états ?

 |   |  220  mots
Pour tous ceux qui ne savent plus à quel libéralisme se vouer ? ou s'en prendre ?, cette synthèse vient à point nommé. Dans cet ouvrage dont la longueur ne doit pas rebuter le lecteur tant le style est limpide, Catherine Audard nous fait (re)découvrir les racines de la théorie libérale anglo-saxonne, née de la révolte des aristocrates anglais contre le despotisme de la royauté. Une vision éthique, attachée à la liberté de conscience individuelle, bien éloignée de l'individualisme égoïste auquel on l'assimile souvent. De John Locke, philosophe anglais qui, au XVIIe, a posé des limites morales au droit de la propriété et plaidé la tolérance comme concept politique, jusqu'au « new deal » de Franklin Roosevelt, sans oublier les dérives dogmatiques d'économistes comme Milton Friedman, Catherine Audard retrace l'histoire fascinante d'un mouvement d'idées qui n'a cessé d'évoluer et qui fut souvent dévoyé par des politiques peu « libéraux »? Agrégée de philosophie, enseignante à la London School of Economics, l'auteur retrace l'histoire d'une doctrine à beaucoup d'égards menacée. Non comme outil économique, mais comme force intellectuelle et morale. À moins qu'elle fasse preuve, une nouvelle fois, de son « extraordinaire capacité de renouvellement ». F. C.« Qu'est-ce que le libéralisme », de Catherine Audard. Gallimard, coll. « Folio Essais » (823 pages, 9,60 euros).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :