États-Unis

 |   |  470  mots
Les vacances sont bien finies. Voici que commence, pour les États américains, le dur travail d'équilibrer le budget pour le prochain exercice, qui commence en juillet. Arnold Schwarzenegger, le gouverneur de Californie, dévoilera ce vendredi ses projets en la matière. Car il faudra bien trouver de l'argent : à l'exception de celui du Vermont, les budgets des États doivent, selon leur constitution, être équilibrés dès la présentation du budget ou par la suite. Or, entre la baisse des recettes (de 13,3 % sur les neuf premiers mois de 2009, du jamais-vu depuis 1963 !) et la hausse des dépenses, notamment sociales, durant la crise, les déficits n'ont cessé de croître. Et si la récession est finie, les séquelles, comme le chômage, restent. Pis, les fonds fédéraux issus du plan de relance diminuent. Résultat, selon le Center on Budget and Policy Priorities, les « trous », dans les budgets de l'ensemble des États fédérés, devraient s'établir à 180 milliards de dollars pour l'année fiscale à venir, soit le double du budget annuel du Texas ! Le déficit de la Californie, l'un des plus élevés, devrait atteindre 20,7 milliards de dollars (6,3 milliards de dollars pour l'année fiscale en cours et 14,4 milliards pour celle qui vient). Et ce alors que la plupart des États ont déjà coupé dans des dépenses aussi cruciales que l'éducation, la santé ou l'aide aux personnes âgées l'an passé. Ils devront encore réduire les prestations dans les mois qui viennent ? et augmenter les impôts. Deux stratégies délicates à l'aube des élections de mi-mandat (en novembre 2010), qui touchent de nombreux élus locaux, dont vingt-deux gouverneurs. La « créativit頻 est donc de rigueur. « Schwarzie » devrait ainsi proposer d'abandonner certains crédits d'impôts et avantages prévus pour les entreprises, tout en maintenant des hausses censées disparaître. Des taxes sur l'essence pourraient également être introduites, de même qu'une hausse des frais universitaires.demande d'aide Mais surtout, le gouverneur demande l'aide de Washington. Avec l'argumentaire suivant : ce n'est pas du cash qu'il veut, mais un calcul différent des contributions fédérales au budget du Golden State. Car, sur chaque dollar envoyé à Washington, la Californie ne récupère que 78 cents, contre 94 pour le Texas et 1,84 dollar pour l'Alaska. Une nouvelle formule rapporterait 7,5 milliards de dollars à Sacramento, qui s'inquiète notamment de l'impact d'une réforme du système de santé sur ses dépenses à venir. De même, le gouverneur veut faire payer l'État fédéral pour des services qu'il juge « nationaux », tels que l'incarcération des immigrants illégaux? Et il portera l'estocade en déclarant que la Californie, locomotive économique du pays, doit, pour continuer à tenir ce rôle, mettre un peu plus de charbon.?n

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :