A l'heure de la crise chypriote, la monnaie virtuelle bitcoin atteint des sommets

 |  | 594 mots
Lecture 3 min.
Une monnaie virtuelle peut-elle inspirer davantage confiance qu\'une devise réelle ? La monnaie électronique expérimentale Bitcoin, jusqu\'ici assez obscure et sulfureuse, a été propulsée sur le devant de la scène cette semaine, après avoir connu un essor phénoménal qui s\'est accentué avec la crise chypriote, au point de faire la Une du « Financial Times » jeudi dernier. De « Bit », l\'unité de mesure en informatique (un chiffre binaire soit 0 ou 1) et « coin » pièce en anglais, cette monnaie lancée en 2009, qui n\'est gérée par aucun Etat ou banque centrale et dont la valeur est entièrement flottante, a dépassé les 147 dollars cette semaine et sa valeur excède 1 milliard de dollars. Il y a environ 11 millions de « bitcoins » en circulation et leur nombre est limité à 21 millions. Ils peuvent être échangés contre d\'autres monnaies sur différentes bourses d\'échanges Internet, la plus importante place de marché spécialisée dans les bitcoins étant Mt.Gox au Japon. En France, la start-up Paymium gère le site Bitcoin-Central.Un système de paiement gratuit et anonyme Apprécié des fondus d\'informatique, des libertaires technophiles, mais aussi des traders et de certains trafiquants en tous genres, Bitcoin est « le système monétaire de l\'ère du web. C\'est Visa/Mastercard rencontre Bittorrent » explique Nicolas Debock, capital-risqueur du fonds de Xange Private Equity et fin connaisseur de l\'Internet, sur son blog. C\'est à la fois une monnaie et un protocole de paiement décentralisé (fonctionnant de pair-à-pair, sans passer par un point central), donc à coût quasi nul. C\'est en quelque sorte la fin du tiers de confiance : les transferts sont effectués directement, entre deux adresses Internet créées pour chaque transaction, qui est publique, mais anonyme et cryptée, et gratuite. Il suffit d\'avoir téléchargé le logiciel libre et créé son porte-monnaie électronique à installer sur son ordinateur ou son mobile. « Aucun tiers ne peut empêcher ou contrôler vos transactions » fait valoir le site bitcoin.fr qui reconnaît qu\' « on reproche à juste raison à cette monnaie d\'être une aubaine pour les mafias », mais « le système est à l\'abri de l\'instabilité des monnaies traditionnelles. » D\'ailleurs, en deux semaines, la valeur du bitcoin a doublé, sur fond de crise de confiance dans l\'euro et de plan de sauvetage de Chypre. Des pics de téléchargement de l\'application bitcoin ont été observés à Chypre cette semaine, en Espagne au mois de mars.Une nouvelle bulle Internet Une vraie bulle aux yeux des économistes traditionnels. « Pour une fois, Wall Street n\'y est pour rien » raille le « Financial Times. » Et ce d\'autant plus que le mode d\'émission de la devise électronique, d\'après une règle mathématique à partir de morceaux de codes informatiques complexes générés automatiquement par ordinateur à un rythme de 25 bitcoins toutes les 10 minutes, et son caractère fini (21 millions maximum) crée un effet de rareté de nature à alimenter la spéculation. Autre point faible de Bitcoin, que la communauté d\'utilisateurs reconnaît elle-même : cette e-monnaie est vulnérable aux attaques informatiques (voir « les limites du concept »). Des utilisateurs se sont déjà fait « hacker » leur porte-monnaie virtuel et la plateforme Mt.Gox a subi de sérieuses cyberattaques. Le bitcoin risque donc de rester très volatile. Les Casssandre prédisent déjà un éclatement de cette bulle à grand fracas...  

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :