Kermel crée des vêtements pour les sports de vitesse

 |   |  347  mots
Cédée en 2002 par le groupe Rhodia, parce qu'elle ne représentait pas une activité stratégique, Kermel a trouvé auprès de ses nouveaux partenaires financiers, dont Barclays Private Equity, les moyens de son développement international. L'entreprise, située à Colmar (Haut-Rhin), compte 70 salariés. Elle est spécialisée dans la production de fibres aramides pour les vêtements de protection contre la chaleur et les flammes. Avec 30 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2009, elle revendique 50 % de parts de marché dans sa spécialité en Europe. « Kermel a doublé de taille en six ans » , observe Markus Schwyn, son président, qui souhaite poursuivre son développement sur les marchés asiatique et nord-américain. « L'origine de la fibre Kermel remonte aux années 1960 chez Rhône-Poulenc, avec une première application chez les tankistes de l'armée de terre, rappelle-t-il. Nous n'avons jamais dévié de notre business model initial, qui nous positionne comme animateur de la fibre textile : nous discutons avec le prescripteur - sapeur-pompier, policier ou industriel de la pétrochimie - pour mieux cerner ses besoins » Le tissage est sous-traité auprès de divers partenaires en Europe, en Turquie et en Inde.diversificationKermel s'est diversifiée en 2007 dans le domaine des applications techniques. La fibre est notamment mise en oeuvre dans la filtration de gaz chauds et sous forme de papier pour l'isolation électrique. La société, qui ne souhaitait pas intégrer la filière aval de confection des équipements de protection individuelle, se lance cette année dans la conception, la fabrication et la distribution de vêtements pour les sports de vitesse. La marque Skeed, présentée en janvier 2010, décline une gamme de combinaisons qui protègent les pilotes auto et moto de la chaleur, du frottement et du feu, en cas d'accident ou d'incendie. La filière de production est cette fois 100 % française. Les clients sont livrés en direct, via un site de vente par correspondance. « Les objectifs commerciaux de Skeed correspondent à 10 % du chiffre d'affaires de Kermel », annonce Markus Schwyn. O.M., à Colmar

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :