Espagne : nécessaire consensus politique autour du patron de la RTVE

 |   |  254  mots
La réforme audiovisuelle de 2006 avait pour but de permettre à la RTVE, qui rassemble les chaînes de télévision et de radio publiques espagnoles, de prendre des distances avec le pouvoir politique. Le texte a fait ainsi passer la RTVE du statut d'organisme public à celui de société anonyme dont le capital reste toutefois public à 100 %. En outre, la télévision publique depuis janvier 2010, ne diffuse plus de publicité. La loi a en outre établi un nouveau processus de nomination du président, qui remplace l'ancien directeur général. Ainsi, alors qu'auparavant, ce dernier était directement désigné par le gouvernement, le nouveau président est quant à lui nommé pour six ans par deux tiers des parlementaires. Les douze membres du conseil d'administration, dont deux sont proposés par les syndicats majoritaires, sont élus dans les mêmes conditions. Le Parlement contrôle en outre l'activité de service public de RTVE. Ce quota de deux tiers des voix implique un accord préalable entre les principaux partis. Alberto Oliart, ministre centriste de la Santé au lendemain de la transition démocratique, a ainsi été désigné président de RTVE fin 2009, après accord entre le parti socialiste du premier ministre José Luis Zapatero, et le Parti Populaire conservateur. Le consensus d'alors n'a toutefois pas empêché le PP dernièrement d'accuser Oliart d'avoir transformé TVE en « Télézapatero », à cause du traitement de faveur supposé accordé au parti socialiste dans les journaux télévisés. Gaëlle Lucas, à Madrid

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :