« Le manque d'autonomie joue plus que le manque de moyens »

 |   |  350  mots
STRONG>Pierre Tapie Président de la Conférence des grandes écolesQue vous inspirent les résultats de PISA 2009 ? Ce sont des résultats consternants pour un pays de tradition intellectuelle et réputé à la pointe d'un certain nombre de réformes scolaires. La France mérite beaucoup mieux. Cette situation provient de deux facteurs cumulés sur lesquels de nombreuses politiques se sont construites de manière erronée : nous ne sommes capables ni de faire progresser les élèves plus faibles et ni de pousser les plus forts. Pourquoi ?Nombre de jeunes évoluent aujourd'hui dans un univers de détresse sociale (familles monoparentales, difficultés économiques...) qui inhibe l'apprentissage intellectuel. Par ailleurs, nous ne savons pas établir des pédagogies adaptées aux élèves en difficulté. Notre principe d'égalité est battu en brêche par l'enquête PISA. Ce n'est pas comme cela que l'on donne à manger à chacun selon sa faim ! Les nouveaux programmes, allégés, des sections scientifiques au lycée vont par exemple dans le mauvais sens. Depuis les années 2000, nous constatons déjà que le niveau en mathématiques et en sciences est plus faible quand les élèves arrivent dans les classes préparatoires. Nous n'avons pas su conjuguer massification de l'enseignement secondaire et accompagnement des jeunes avec une vraie diversification des cursus. Les réformes de facilité pénalisent toujours les jeunes brillants venus de milieux défavorisés.Quelles sont vos préconisations. Faut-il investir plus ?Le manque d'autonomie joue plus que le manque de moyens. Si tant est que l'on fixe aux établissements des principes et des objectifs. Par ailleurs, les enseignants souffrent d'un manque de reconnaissance sociale. Mais plus globalement, la clé est de placer chaque élève dans une trajectoire de succès et d'établir parallèlement de nombreuses passerelles. Il faut qu'une pédagogie de la diversité légitime soit mise en place. C'est aussi le sens du livre blanc sur l'ouverture sociale et l'égalité des chances dans les grandes écoles que nous publierons le 16 décembre. Propos recueillis par C. J.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :