La révolte kirghize secoue l'Asie centrale

 |   |  321  mots
Le chaos régnait toujours, hier, à Bichkek, la capitale, au lendemain d'une journée de violentes émeutes qui ont fait fuir le président autoritaire Kourmanbek Bakiev à Osh, une ville du Sud du pays dont il est originaire. Un gouvernement d'intérim a été formé par l'opposition mais le président refuse de démissionner. Sa légitimité, déjà entachée par le scrutin parlementaire frauduleux de 2007, en a pris un nouveau coup hier alors que les forces de l'ordre ont ouvert le feu sur les manifestants, faisant 78 morts et des centaines de blessés. L'opposition s'est donnée 6 mois pour organiser de nouvelles élections et apporter des modifications à la loi électorale.Les troubles politiques n'ont cessé d'émailler le mandat de Kourmambek Bakiev. L'explosion de colère actuelle a été provoquée par une brusque augmentation des impôts locaux. Des dizaines de magasins du centre ville ont été pillés, exactement comme il y a 5 ans, lorsqu'une série d'émeutes avait renversé l'administration prorusse du président Askar Akiev, au pouvoir depuis l'indépendance. La « révolution des tulipes » avait installé l'opposant « libéral » Kourmanbek Bakiev, qui, une fois au pouvoir, avait très rapidement trahi ses promesses de libéralisation politique et économique. Corruption généraliséeDéjà en proie aux clans criminels et à l'incurie gouvernementale, l'économie kirghize s'est encore davantage enfoncée dans la corruption, descendant jusqu'au 162ème rang mondial (sur 180) du classement de Transparency International. La situation économique s'est considérablement dégradée ces derniers mois en conséquence directe de la forte récession russe. En effet, les envois d'argent des émigrés travaillant en Russie représentent 40 % du PIB kirghize. « L'intérêt est désormais d'observer quelles personnalités de l'opposition émergent et en particulier quelles seront leurs liens avec les 3 puissances étrangères [USA, Chine et Russie] », estime Chris Weafer, stratège chez UralSib. Emmanuel Grynszpan, à Moscou

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :