Le Japon sur le chemin de l'austérité

 |   |  325  mots
Naoto Kan a déjà imprimé sa marque. Le nouveau premier ministre du Japon, tout en gardant l'essentiel du gouvernement précédent, a placé au poste clé du ministère des Finances Yoshihiko Noda. Ce conservateur, qui fut son vice-ministre lorsque lui-même était aux Finances, est l'un des plus alarmistes de la majorité à propos de la situation des comptes publics. « Pendant les vingt dernières années, nous n'avons pas été capables d'augmenter les impôts et sommes du coup devenus lourdement endettés », a souligné le premier minitre, estimant que la réforme fiscale est « la tâche la plus importante à laquelle le pays devait s'atteler ». Sa nomination est un signal clair, qui pointe vers un tour de vis fiscal prochain, et probablement une hausse prochaine de la taxe sur la consommation.Concilier l'inconciliableNaoto Kan a par ailleurs nommé ministre de la réforme administrative la populaire Renho. Cette député jeune et pugnace s'est fait un nom en procureur intraitable lors des sessions publiques d'épluchage des comptes de l'administration. Ce nouveau gouvernement devra concilier l'inconciliable, ramassé dans le slogan de Naoto Kan martelé à la veille de son élection à la Diète vendredi : « une croissance forte, des finances publiques solides et une assurance sociale solide ». Car la croissance du Japon aujourd'hui a pour principal moteur les très généreux programmes de soutien public à la consommation, notamment pour les produits économes en énergie. Réduire la dette de l'État signifie nécessairement mettre fin à de tels programmes. Or on ne voit pas bien ce qui pourrait les remplacer. Naoto Kan doit par ailleurs financer ses promesses sociales, notamment un généreux programme d'allocations familiales déjà remis en cause au sein de son parti. De son habileté à naviguer entre ses contradictions dépendra sa longévité. Il devra compter avec une opinion publique bouillonnante : en quatre ans, le Japon a épuisé quatre Premiers ministres. Régis Arnaud, à Tokyo

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :