Vers une baisse des profits à Wall Street, une première depuis 2009

 Le coup d'envoi de la nouvelle saison des annonces de résultats des sociétés américaines pour leur deuxième trimestre de 2012 sera donné lundi, après la clôture de la séance à Wall Street. Comme de tradition, c'est Alcoa qui assurera ce rôle. Ce géant de l'aluminium aux Etats-Unis est attendu avec un bénéfice par action en chute de 81% à 0,06 dollar.Rebond des profits interrompuSi les investisseurs ont bien conscience que les performances réalisées par Alcoa ne donnent généralement plus le ton pour le reste de la saison, il reste qu'ils abordent celle-ci avec une certaine appréhension. Les dernières statistiques communiquées sur l'activité outre-Atlantique, le manque de moral des consommateurs américains, la crise de la dette de la zone euro, les récents commentaires plus que circonspects de la Réserve fédérale sur la situation économique du pays, la remontée du billet vert et, "last but not least", les nombreux avertissements sur résultats émis par les sociétés de l'indice S&P 500 (une sur cinq à ce jour), constituent autant d'éléments qui ne permettent pas vraiment l'optimisme.Les bénéfices devraient en effet s'afficher en recul pour la première fois depuis leur rebond au deuxième trimestre de 2009. Selon des données compilées par l'agence d'informations financières Bloomberg sur la base des projections établies par les analystes, les entreprises de l'indice S&P 500 devraient accuser un tassement de 1,8% de leurs profits en moyenne, sur un chiffre d'affaires en progrès de 2,7%.Bien sûr, comme lors des précédents trimestres, les chiffres qui seront publiés dans les jours à venir peuvent fort bien démentir les estimations des analystes. Ceux-ci avaient abordé la précédente période des annonces avec une prévision de croissance inférieure à 1% des profits. Elle a été finalement de 6,4%! Il est intéressant par ailleurs de savoir que le repli prévu des résultats à Wall Street au deuxième trimestre ne devrait être qu'une parenthèse. Toujours selon Bloomberg, les sociétés seraient en mesure de renouer avec la croissance pour le restant de l'année. Elle devrait être de 3,8% au troisième trimestre, et même de 15,1% lors du suivant.Facebook en point de mireParmi les chiffres les plus attendus, ceux d'Apple ne manqueront pas d'être décortiqués. Les experts tablent sur une bénéfice par action (soit le bénéfice total de la société divisé par le nombre d'actions constituant son capital, ou BPA) de 10,36 dollars pour le créateur de l'iPad. Le BPA avancerait donc de 33% par rapport à la période correspondante de son exercice 2011, mais régresserait de 15,8% sur les trois mois précédents. Ce qui paraît confirmer un essoufflement de l'ascension des profits chez Apple. Autre résultat attendu, le BPA de Facebook se replierait de 10,8% sur le trimestre précédent, à 0,111 dollar.Les secteurs les plus concernés par la baisse des résultats sont ceux de l'énergie (-14,8% en moyenne) dans le sillage du reflux des prix du pétrole et du gaz, ceux des semi-conducteurs (-18%), des produits ménagers et personnels (-6,9%). Dans ce dernier secteur, Procter & Gamble vient d'abaisser de 7% sa prévision de résultat pour 2012. Le groupe souffre de la crise en Europe et de la hausse du dollar, tout comme le cigarettier Philip Morris.L'immobilier se redresseCurieux à première vue alors que le consommateur rechigne à dépenser, le secteur de la distribution alimentaire et d'autres produits parviendrait à pousser à la hausse ses bénéfices (+ 5,3%). Mais il le doit à Wal-Mart, notamment, qui pratique une politique de prix agressive et aux opérateurs discount.Il semble plutôt que le consommateur établit des priorités dans ses dépenses. En témoignent les ventes impressionnantes réalisées ces derniers mois par General Motors et Ford Motor qui profitent aussi de la baisse des prix de l'essence. Pour autant, ces ventes ne devraient guère doper leur résultat, en raison probablement des importants rabais accordés à leurs clients. Leurs profits sont attendus en baisse de 33% en moyenne.Après de nombreux trimestres dans le rouge, il est probable que les résultats des opérateurs télécoms amorcent une léger redressement (+ 1%). Ce qui ne sera pas encore le cas du secteur des "utilities" (-7,4%). Enfin, dans la foulée de l'embellie de l'immobilier aux Etats-Unis, les entreprises dans ce secteur pourraient revenir aux bénéfices. Les actions des constructeurs de maisons particulières sont celles qui signent les meilleures performances à la Bourse de New York sur 3 mois (+ 28%), comme sur 6 mois (+ 59%).

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.