Fiat prend progressivement possession de l'américain Chrysler

 |   |  613  mots
trong>Fiat grimpe petit à  petit dans son allié américain Chrysler. Le constructeur automobile italien a exercé une nouvelle option d\'achat pour une part de 3,3% du capital de son partenaire. Et ce, auprès du fonds de retraites Veba pour un prix qu\'il estime à 254,7 millions de dollars, a indiqué ce lundi le groupe piémontais. Il s\'agit de la troisième option d\'achat de ce type exercée par Fiat depuis un an. Fiat devrait ainsi porter sa part dans le groupe américain à 68,49%. Le turinois rappelle toutefois qu\'il est dans l\'attente d\'une décision de la justice américaine au sujet du prix de ces parts.Fusion en vue pour 2014Fiat compte racheter entièrement sa filiale tout en la cotant à Wall Street, probablement en 2014. Une montée dans le capital complexe et qui prend du temps. Fiat avait pris en 2009 le contrôle opérationnel de Chrysler, alors sous sauvegarde du Chapitre XI (loi américaine sur les faillites), et acquis une participation majoritaire en juin 2011. Aujourd\'hui, les deux groupes fonctionnent de manière indépendante, même s\'ils ont le même patron opérationnel... Sergio Marchionne. L\'administrateur délégué  laisse planer le doute sur la localisation du futur siège de l\'ensemble, une fois fusionné. Un transfert du siège de Turin vers les Etats-Unis est envisagé. Le président du groupe, John Elkann, a défendu fin mai le principe de... plusieurs sièges répartis dans le monde. Pas très rassurant pour l\'Italie.L\'exemple de Fiat IndustrialSyndicats et politiques craignent que le futur ensemble Fiat-Chrysler ne s\'inspire de l\'exemple de Fiat Industrial. Ce dernier vient d\'annoncer  son intention de transférer son siège en Grande-Bretagne, après la fusion prévue avec sa filiale américaine CNH. Fiat Industrial est la société soeur du constructeur Fiat (Auto). Il a hérité, lors de la scission, des actvités non-automobiles de l\'ex-consortium comme les poids-lourds, le matériel agricole et de travaux publics.Fiat seul dans le rougeLe problème, c\'est que Fiat (Auto) décline fortement en Europe, à cause du marché mais aussi de la réduction de ses investissements qui débouchent sur un manque flagrant de nouveaux modèles... A l\'inverse, porté par un marché américain en pleine croissance, Chrysler voit ses ventes augmenter fortement. Il se crée donc un sérieux déséquilibre entre les deux. Fiat, dont les  usines italiennes tournent à 50% des capacités, est d\'ailleurs bénéficiaire aujourd\'hui uniquement grâce aux profits de Chrysler. Il a enregistré en effet au premier trimestre un bénéfice net de 31 millions d\'euros à peine. Mais, si l\'on exclut Chrysler, il serait carrément dans le rouge de 235 millions d\'euros!Prêt étudier un rapprochement avec PSAAlors que PSA Peugeot-Citroën cherche de l\'argent frais, Fiat ne fait pas partie des investisseurs potentiels avec lesquels la famille Peugeot a eu des contacts en vue d\'une éventuelle alliance, a déclaré la semaine dernière John Elkann, héritier de la famille fondatrice de Fiat, les Agnelli. \"Comme nous l\'avons déjà dit auparavant, il est certain que si l\'on présentait une opportunité (de partenariat) intéressante, nous serions prêts à l\'étudier\", a-t-il toutefois ajouté. Fiat et PSA, tous deux contrôlés par leur famille fondatrice, coopèrent depuis longtemps sur les utilitaires. Par ailleurs, Fiat s\'est souvent montré intéressé par un rapprochement avec Opel, filiale allemande de GM qui détient... 7% de PSA!

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :