La Norvège va se doter d'un nouveau fonds dédié aux infrastructures

 |   |  413  mots
Ce n\'est pas une révolution mais c\'est quand même une nouveauté notable. Le prochain gouvernement norvégien, qui entrera en fonction la semaine semaine, a dévoilé ce lundi les détails de son programme politique.Composé du parti conservateur et de la droite populiste, il a notamment annoncé qu\'il allait mettre en place un nouveau fonds souverain destiné à investir, durant les cinq prochaines années, dans des infrastructures routières, autoroutières et autres nouvelles lignes de chemins de fer du pays, selon le Wall Street Journal. Ce fonds devrait être doté d\'une enveloppe de 12,5 milliards d\'euros.Une promesse de campagneSortie en tête des élections du 9 septembre, Erna Solberg, chef de file des conservateurs et futur Premier ministre, avait annoncé, durant sa campagne, que si elle était élue, le pays se servirait davantage de ses réserves excédentaires pour améliorer la qualité de vie des Norvégiens. Ce qui allait passer notamment par divers investissements dans les infrastructures du pays. Une majorité des cinq millions des Norvégiens reprochait notamment à son prédécesseur, Jens Stoltenberg, de ne pas en avoir assez fait en la matière, durant les huit années passées à la tête du pays.La remise à plat du fonds souverain toujours à l\'ordre du jourPar ailleurs, comme évoqué également durant la campagne, le gouvernement souhaite toujours réformer le fonds souverain du pays, abondé grâce aux recettes liées à la vente des hydrocarbures, qui est le plus important du monde avec près de 580 milliards d\'euros d\'actifs.Pour rappel, il entend étoffer le registre de ce dernier en lui permettant  d\'investir dans les entreprises d\'avenir et dans des projets dans les pays pauvres et les économies émergentes. Une partie du fonds pourrait aussi être consacrée aux énergies renouvelables si les perspectives de rentabilité sont au moins aussi bonnes que pour ses autres investissements.Le nouveau gouvernement minoritaire au ParlementA noter que pour faire adopter ces mesures, le nouveau gouvernement, minoritaire au Parlement, aura besoin de l\'appui d\'autres partis. La semaine dernière, il a ainsi noué une alliance  avec deux petits partis de centre droit, les démocrates-chrétiens et les libéraux, qui seront toutefois libres de rejeter certaines propositions.A lire aussi :>> La Norvège ne sait pas quoi faire de ses 760 milliards de (pétro)dollars>> La Norvège investit ses pétrodolalrs dans l\'immobilier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :