La réforme de la dépendance contrariée par la présidentielle

 |   |  209  mots
Ouvert après le remaniement, le chantier de la dépendance embarrasse le gouvernement qui pourrait finalement l'aborder en deux temps. Une partie des mesures serait ainsi prise après les présidentielles, a indiqué Roselyne Bachelot, ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale, mardi sur France Info. Ces propos vont dans le même sens que ceux tenus il y a quelques jours par Raymond Soubie, ancien conseiller social de l'Elysée, dans un entretien aux « Echos ». Avant Noël, la ministre va inviter « les partis politiques et les syndicats à exprimer leurs positions sur la perte d'autonomie et la dépendance ». Des groupes de travail constitués plancheront ensuite sur le sujet au premier semestre 2011. A la fin du débat, « le président de la République et le gouvernement rendront leurs arbitrages pour une première série de mesures, qui sera contenue dans la loi de Sécurité sociale, examinée en octobre-novembre 2011 pour prendre effet en 2012 », a précisé la ministre. Le timing étant serré, les autres mesures ont toutes les chances de voir le jour après le printemps 2012. Au grand dam du patron de l'UMP, Jean-François Copé, pour qui « le sujet doit être traité avant la présidentielle ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :