Les ambitions de Pékin dans la grande vitesse font bondir les valeurs ferroviaires chinoises

 |   |  402  mots
L'annonce par les autorités chinoises de la publication le 11 décembre, soit avec quelques jours d'avance, de statistiques économiques dont celles relatives à l'inflation a suffi à faire fléchir de 1 % l'indice composite de la Bourse de Shanghai à 2.848 points mercredi. Car le « China Securities Journal », a rapporté que le Banque centrale pourrait, dans la foulée, augmenter une nouvelle fois ses taux d'intérêt. Mais un article de la même publication a pourtant profité à certaines valeurs : celles liées au secteur ferroviaire qui ont unanimement bondi. Le journal financier a rapporté que la Chine s'apprêterait à investir de 340 à 450 milliards d'euros dans son réseau ferroviaire à grande vitesse entre 2011 et 2015. L'action du fabricant d'essieux ferroviaires Jinxi Axle a bondi de 10 %, dans la limite quotidienne autorisée par la Bourse de Shanghai. Il a notamment été suivi par CSR Corp (+ 7 %) et China Railway Erju (+ 5 %), respectivement spécialisés dans la fabrication de wagons et de rails. À l'horizon 2015, Pékin ambitionne de disposer d'un réseau de voies ferrées de 120.000 kilomètres, contre 86.000 actuellement. Les autorités chinoises comptent dédier 16.000 kilomètres à la grande vitesse, soit plus du double qu'en 2010.Selon l'article du « China Securities Journal », le ministère du Transport ferroviaire a déjà achevé la première partie de ce gigantesque programme de développement. Ses responsables devraient présenter leurs plans définitifs dans le courant 2011. Les chinois tissent leur toileLes groupes chinois ne seront pas seuls à profiter de ces projets : le français Alstom et le canadien Bombardier ont séparément annoncé avoir signé des accords cadres de coopération avec le gouvernement chinois, à l'occasion du congrès Grande Vitesse de l'Union internationale des chemins de fer qui se tient cette semaine à Pékin (« La Tribune » du 8 décembre). Les groupes chinois continuent pour leur part de tisser leur toile à l'international. CSR et son partenaire américain General Electric ont annoncé mardi qu'ils allaient injecter 50 millions de dollars dans leur joint-venture vouée à livrer des trains à grande vitesse en Californie et en Floride. Ils ont précisé que cette initiative pourrait « préserver ou créer » 250 emplois d'ici à 2012 en Pennsylvanie. De plus, selon le « Wall Street Journal », les gouvernements chinois et laotiens préparent une ligne à grande vitesse dans le cadre d'un réseau reliant l'ex-Empire du milieu à l'Asie du sud-est. Les travaux pourraient démarrer dès le début 2011, a indiqué le quotidien. E. C.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :