Turkish Airlines ce nouveau géant du transport aérien qui fait trembler Air France

 |   |  609  mots
Turkish Airlines impressionne. Moins d\'un mois après avoir commandé 117 Airbus pour 9,3 milliards de dollars au prix catalogue (dont 35 options), la compagnie turque annonce ce mardi avoir une nouvelle passé commande géante auprès de Boeing cette fois : 70 B737 (pour 6,9 milliards de dollars) assortis de 25 options (2,5 milliards) Il s\'agit d\'un mélange du modèle 800 (à la fois en version classique et version remotorisée baptisée Max) et du modèle 800 Max. Vingt avions seront livrés en 2016, 20 en 2018, 15 en 2019, 30 en 2020 et 10 autres en 2021.32 nouvelles lignes en 2012!Ces commandes traduisent les énormes ambitions de ce géant en cours de constitution qui croît à marche forcée. Après un bond de 20% du trafic passagers en 2012 (à près de 39 millions) qui a accompagné l\'ouverture de 32 nouvelles lignes, Turkish Airlines espère cette année atteindre la barre des 46 millions, et réaliser chiffre d\'affaires de 9,7 milliards de dollars. Pour rappel en 2009, Turkish Airlines transportait 29 millions de passagers, après plusieurs années de croissance entre 2004 et 2008 traversées dans l\'anonymat. L\'incroyable ascension de Turkish Airlines a été mise en lumière pendant la crise de 2008 et 2009. Contrairement à l\'ensemble du secteur, qui perdait des milliards de dollars, réduisait la voilure et mettait le frein sur les investissements, le transporteur turc, lui, a dégagé des profits, maintenu une très forte croissance de ses capacités et multiplié les commandes d\'avions. Un profil partagé par deux autres compagnies seulement : Emirates, le mastodonte de Dubai, et l\'irlandaise Ryanair, la première low-cost d\'Europe.Air France impressionnéeAvec une différence de taille : le transporteur turc, coté en Bourse (51 % du capital est privé), n\'est pas soupçonné par ses concurrents de bénéficier d\'aides publiques pour expliquer une telle réussite. A peine pointe t-on, en guise de distorsion de concurrence, la faiblesse de ses coûts salariaux. Au contraire, Turkish Airlines suscite plutôt l\'admiration de ses concurrents. «Ils sont vraiment impressionnants », explique-t-on chez Air France, où elle est désormais présentée comme un véritable danger au même titre que les compagnies du Golfe. Il y a de quoi. La compagnie turque a les dents longues. Aujourd\'hui, elle dispose d\'une flotte de 215 avions (65 de plus qu\'il y a à peine trois ans).Quatrième compagnie européenneLa rentabilité suit. En 2012, le bénéficie d\'exploitation a atteint 449 millions d\'euros. Turkish Airlines à la quatrième place des transporteurs membres de l\'association des compagnies européennes - l\'AEA, qui ne compte pas de low-cost -, derrière Lufthansa, Air France et British Airways. Il y a quelques années, Turkish occupait encore la huitième place. La compagnie turque bénéficie de plusieurs atouts. Notamment l\'excellente situation géographique de son hub d\'Istanbul entre l\'Europe et le Moyen-Orient, le Caucase, l\'Afrique de l\'Est, l\'Inde, le reste de l\'Asie-Pacifique. En outre, Turkish Airlines profite d\'être basée dans un pays à la fois fortement peuplé, très dynamique sur le plan économique et qui est également une destination touristique importante. A cela s\'ajoutent une montée en gamme de son produit à bord et une tarification agressive liée à la faiblesse de ses coûts. Enfin l\'intégration en 2006 dans la plus grosse alliance du monde, Star Alliance, lui donne accès à un réseau mondial colossal. Pour l\'anecdote, Turkish Airlines est la seule compagnie de la galaxie Swissair et du Qualiflyer Group (Swissair, Sabena, AOM, Air Liberté, Air Littoral....) à s\'en être aussi bien sortie.  

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :