Bertrand ? : « Il n'y a pas de tournant de la rigueur »

 |   |  301  mots
En pleine crise européenne et alors que Nicolas Sarkozy vient de passer le cap des trois ans à l'Élysée, le secrétaire général de l'UMP était, dimanche soir, l'invité de « La Tribune » BFMTV. L'occasion pour Xavier Bertrand d'affirmer « qu'à Bruxelles hier, il y a eu des décisions fortes qui ont été prises et inspirées par Nicolas Sarkozy et portées par le couple franco-allemand ».Xavier Bertrand s'est également félicité que les dirigeants européens se dirigent vers une nouvelle gouvernance de l'Europe, comme le souhaitait depuis longtemps le président français. Au passage, il s'est dit favorable aux sanctions à l'égard des spéculateurs qui « jouent avec l'argent des autres ».La situation de la Grèce a poussé l'ancien ministre du Travail à rappeler que « nous aussi, nous avons besoin de conduire des réformes, de réduire les déficits ». Concernant le gel des dépenses publiques annoncé la semaine dernière par François Fillon, Xavier Bertrand a refusé de parler de tournant de la rigueur. Au contraire, « c'est un plan pour éviter la rigueur. Mais cela fait trente ans qu'on vit à crédit en France. Aujourd'hui l'éthique en politique, c'est d'assumer nous-mêmes les mesures difficiles ». Celles à venir sur les retraites en particulier. Le secrétaire général de l'UMP a annoncé que son mouvement présenterait le 25 mai ses propres propositions sur ce dossier. L'allongement de la durée du travail en fera partie, a-t-il confié.Avant l'été, a également annoncé Xavier Bertrand, l'UMP réunira les parlementaires de la majorité pour évoquer la suppression des fameuses niches fiscales. Il a rappelé en revanche qu'il était hostile à la hausse des impôts, mais n'a pas voulu s'exprimer sur la suppression de certaines dépenses sociales... P. C.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :