L'Etat souhaite ajouter des entreprises aux contacts de Viadeo

 |  | 777 mots
Lecture 4 min.
Couleurs acidulées, salle de repos avec canapés en cuir, jeux vidéos et babyfoot... Chez Viadeo, les codes anglo-saxons de la jeune entreprise dynamique et décontractée spécialisée dans les hautes technologies sont respectés jusque dans la décoration. Pourtant, c\'est à un exercice plutôt classique que le réseau social professionnel s\'est plié : la signature d\'un accord sous le \"haut patronage\" d\'une ministre. Fleur Pellerin, chargée des PME et de l\'Economie numérique signait ce 9 juillet un partenariat entre le site créé en 2004 et les Chambres de commerce et d\'industrie françaises.Le but : former les créateurs d\'entreprise au maniement du réseau social dans les 27 CCI régionales. En tout, 40.000 entrepreneurs sont ainsi visés. L\'occasion de leur \"distribuer des bons\" pour un accès premium gratuit pendant trois mois\", explique Olivier Fécherolle, directeur de la stratégie et du développement chez Viadeo. Pour mémoire, l\'offre payante du site qui coûte entre 4,75 euros et 9,85 euros par mois selon la durée du forfait, permet d\'accéder à davantage de fonctionnalités dans les outils de recherche ou permet de savoir qui a visité son profil.Mission d\'évangélisation Cet échange de bons procédés est censé \"évangéliser\" les porteurs de projets dont une bonne part se montrerait encore trop \"méfiants\" vis-à-vis du numérique. Evangéliser, justement, c\'est la mission que s\'est donnée Fleur Pellerin, qui a réaffirmé la nécessité de \"numériser les PME\". Il s\'agissait aussi de soutenir la \"pépite\" Viadeo, comme elle l\'appelle, par ce nouvel accord avec un organisme public conclu un an après l\'annonce du soutien financier par le FSI, qui a injecté 10 millions d\'euros dans la jeune entreprise.De son côté, le réseau social, qui revendique 50 millions d\'utilisateurs, subit la concurrence de l\'américain LinkedIn qui l\'a détrôné en termes d\'audience française à la fin de l\'année dernière. Selon les mesures de Mediamétri/Netratings, LinkedIn (200 millions d\'utilisateurs dans le monde) a dépassé les 4 millions de visiteurs uniques en novembre 2012 contre 3,7 pour Viadeo. Face à la stratégie du développement de contenu et de la curation développée par le numéro un mondial des réseaux sociaux professionnels, l\'entreprise française, qui elle, se targue de sa première place en Chine, a opté pour la proximité.Viadeo multiplie les partenariatsPour Viadeo, ce nouveau partenariat s\'ajoute à une série d\'autres accords visant à étendre encore son territoire. Les porteurs de projets sont ainsi courtisés via un autre accord, avec l\'Union des auto-entrepreneurs.  Surtout, le 27 juin, le site annonçait un partenariat avec Orange qui consiste à offrir pendant deux mois aux abonnés mobiles et fixes, professionnels et particuliers, Sosh et Cloud, un accès gratuit aux services premium du réseau.Dans le domaine de la recherche d\'emploi, l\'une des fonctions principales des réseaux sociaux professionnels, le site propose également ses services aux membres de l\'Association pour l\'emploi des cadres. Il est aussi en lice pour remporter un appel d\'offre lancé par Pôle emploi. Dan Serfaty, co-fondateur de Viadeo a d\'ailleurs laissé entendre que de nouvelles offres pourraient être proposées aux jeunes. \"Nous devons réfléchir à une offre plus approfondie, plus customisée (...) on pense aussi aux étudiants\", a-t-il glissé.Fleur Pellerin, plus \"active\" sur LinkedIn que sur Viadeo... Des entrepreneurs, des chômeurs, des jeunes... le réseau français balaye ainsi un large spectre pour tenter d\'aller chercher de nouveaux clients. Quant à Fleur Pellerin, 30 contacts Viadeo, 2.816 sur LinkedIn, si elle reconnaît une \"antériorité\" de sa présence sur le réseau américain, elle assure qu\'il n\'y a \"aucun symbole\" dans cette différence d\'activité, et qu\'elle compte bien y remédier. \"Sur LinkedIn, il se trouve qu\'on m\'a sollicitée pour publier une tribune que j\'avais déjà publié pour un autre journal directement en ligne (...) Ce n\'est pas une activité débordante\", répond-elle. Et elle ajoute : \" En tous cas, je suis présente dans les locaux de Viadeo et pas dans ceux de LinkedIn parce que je tiens au \"Made in France\", à la marque France. (...) Sans vouloir faire d\'anti-américanisme, ça me paraît important de savoir qu\'il y a des entreprises françaises qui concurrencent sur leur propre terrain des mastodontes américains\".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :