La hantise d'un cadre français sur deux ? Parler anglais !

1 mn

Une étude réalisée du 18 au 21 juin sur un échantillon de près de 4000 cadres français révèle qu\'ils ne sont qu\'une minorité à être à l\'aise en anglais, alors que l\'anglais devient justement un outil de travail incontournable. C\'est cadremploi.fr et 1to1 English qui ont mené l\'enquête qui nous révèle que la moitié d\'entre eux estime avoir un niveau débutant ou intermédiaire, quand seulement 36 % d\'entre eux pensent parler un anglais « opérationnel » et 16 % un anglais « courant ». La peur de prendre la parole en publicAinsi, un cadre sur deux n\'ose pas prendre la parole (en anglais) en public et 43 % d\'entre eux est gêné quand il s\'agit de rédiger un courrier ou un e-mail. Selon la même enquête, plus de 83 % de ces cadres sont amenés à utiliser l\'anglais pendant leur travail. Les entretiens d\'embauche font de plus en plus appel à l\'anglaisS\'ils ne sont pas à l\'aise en anglais, 60 % des cadres interrogés ont pourtant raconté avoir eu besoin de recourir à l\'anglais lors d\'entretiens d\'embauche. Face à cet exercice, 73 % estiment alors ne pas avoir été suffisamment préparés. Un « frein à l\'embauche »Cette défaillance en anglais est considérée comme un « frein à l\'embauche » ou à l\' « évolution de carrière » par 56 % des cadres interrogés et ceux-ci ne demandent alors qu\'à s\'améliorer : 72 % pensent qu\'une formation d\'anglais pourrait les aider à trouver un emploi ou à évoluer plus rapidement.

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.